Image default
Economie

11 millions de Français n’ont pas reçu la propagande électorale


Au deuxième tour, 17 millions de documents – pour les élections départementales et les élections régionales – n’ont pas été distribués, a indiqué le ministère de l’intérieur. 14 millions d’entre eux auraient dû être pris en charge par Adrexo.

L’ampleur des dysfonctionnements dans la distribution de la propagande électorale se précise. Interrogé par la commission des lois du Sénat, qui enquête sur les manquements qui ont touché les élections régionales et départementales organisées au mois de juin, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur Jean-Benoît Albertini a fait le point sur le nombre de documents qui ne sont pas arrivés dans la boîte aux lettres des électeurs.

Il apparaît, selon lui, que 11 millions de Français n’ont pas reçu correctement la propagande électorale. Au total, ce sont ainsi 17 millions de documents qui n’ont pas trouvé leur destinataire: 6,8 millions concernent les élections départementales, et 11 millions les élections régionales.

Il apparaît ainsi que 22% des plis enlevés – c’est-à-dire ceux qui ont été récupérés par les deux services de livraison concurrents, La Poste et Adrexo – n’ont jamais été livrés. Mais les regards se tournent principalement vers la société Adrexo: au deuxième tour, 14 millions des 17 millions de documents qui n’ont pas été déposés en boîte aux lettres étaient confiés aux soins de cette entreprise, qui était chargée de la distribution des plis dans sept régions françaises.

Des suites judiciaires

À l’issue du premier tour des élections régionales et départementales, Adrexo avait communiqué au ministère de l’Intérieur un chiffre largement inférieur : 21.000 de bulletins seulement n’auraient pas été distribués selon elle. Démentis par des élus et acteurs de terrain, ces chiffres sont depuis au cœur du travail de la commission des lois du Sénat, qui tente de comprendre les raisons des dysfonctionnements rencontrés au cours de la distribution. Cette commission devrait remettre un rapport à ce sujet d’ici le 23 juillet.

Dans un contexte d’abstention massive, la classe politique s’était émue des images, révélées au cours de la campagne de distribution et après les élections, de plis électoraux abandonnées dans les halls d’entrée d’immeubles, dispersés à la va-vite, voire brûlés comme cela a pu être observé dans le Territoire de Belfort. Des suites judiciaires sont prévues pour les salariés impliqués dans ces actes, a précisé le ministère de l’Intérieur.

À ces fautes de distribution s’ajoutent des ratés au moment de la production des documents: 7 millions de plis ne sont tout simplement pas sortis des imprimeries, a ajouté Jean-Benoît Albertini devant les sénateurs. Pour l’ensemble des acteurs, «notre sentiment est que les délais étaient très tendus», a concédé le secrétaire général du ministère, «mais qu’ils étaient malgré tout très tenables.»



Source link

Autres articles

Ils héritent d’une maison squattée et ne peuvent pas la vendre

administrateur

pourquoi ne pas supprimer simplement la TVA sur les taxes ?

administrateur

Les démocrates américains détaillent leur projet de taxe sur les super-riches

administrateur

Les comptes de la RATP plombés par la crise du Covid et la grève contre la réforme des retraites

administrateur

Viande de cheval, thon avarié, faux produits bio… Foodwatch veut briser le «tabou» autour des fraudes alimentaires

administrateur

Delphine Ernotte obtient un deuxième mandat à la tête de France Télévisions

administrateur