Image default
Economie

37% des PME affirment avoir retrouvé leur niveau d’activité d’avant-crise


Selon une étude menée par Bpi France, la majorité des patrons sont plutôt optimistes quant à la reprise, et envisagent d’accélérer les embauches.

La majorité des dirigeants d’entreprises comptant jusqu’à 250 salariés ont gagné en optimisme et envisagent désormais une sortie du crise plus rapide, sauf dans le tourisme, selon une enquête publiée vendredi par Bpifrance. Environ les trois quarts des entreprises interrogées estiment qu’elles auront retrouvé «à horizon 2022» leur niveau d’activité d’avant crise et 37% affirment que c’est déjà le cas, selon ce sondage réalisé auprès de 6104 entreprises entre la mi-mai et la mi-juin.

«La reprise est plutôt tirée par l’industrie, le commerce se porte bien aussi, tandis que le tourisme reste le secteur à la traîne», analyse Philippe Mutricy, directeur des études et de la prospective de Bpifrance. Les dirigeants d’entreprises interrogés s’attendent ainsi en moyenne à une croissance de 2,8% de leur chiffre d’affaires cette année, mais ceux du secteur du tourisme tablent sur un recul de 11%.

Au final, «un quart des entreprises envisagent un retour plus tardif à la normale ou disent rester dans l’incertitude», note Philippe Mutricy, en particulier dans les secteurs susceptibles de connaître de nouvelles restrictions sanitaires à l’avenir. Globalement, les résultats de l’enquête témoignent d’une amélioration des perspectives par rapport à la précédente édition réalisée fin 2020, au moment du deuxième confinement, même si cette nouvelle enquête a été faite avant la percée du variant Delta.

Entreprises plus enclines à l’embauche

Ainsi, 16% des chefs d’entreprises ont par exemple révisé à la hausse leurs projets d’embauche, en particulier dans le commerce et la construction, tandis que 7% disent avoir annulé leurs projets de recrutement, contre 15% lors de la précédente enquête. Cet optimisme tend à accroître les difficultés de recrutement, puisque 75% des chefs d’entreprises déclarent rencontrer des problèmes pour embaucher. C’est 10 points de plus que fin 2020, mais «cela correspond au niveau d’avant la crise», qui était de 81%, nuance Philippe Mutricy.

L’enjeu des prochains mois reste désormais l’arrêt des dispositifs de soutien, notamment pour les entreprises qui n’auront pas retrouvé leur niveau d’activité d’avant la crise sanitaire. «Le prêt garanti par l’État (PGE) va probablement servir d’amortisseur de trésorerie» après l’arrêt des aides, prévu à ce stade fin août par le gouvernement, estime Philippe Mutricy.

Parmi les dirigeants d’entreprises ayant bénéficié du PGE, 57% affirment en avoir utilisé moins de la moitié. Mais selon l’enquête, seuls 4% de ces dirigeants d’entreprises craignent de ne pas pouvoir rembourser leur prêt. Un chiffre qui monte à 7% dans les TPE et PME du tourisme.



Source link

Autres articles

Le lobbying souterrain des hôpitaux publics pour garder leurs médecins

administrateur

Les baisses d’impôts, financées par la dette, sont-elles réelles et pérennes ?

administrateur

Le moral indestructible des patrons français

administrateur

L’application Rift veut devenir le Yuka de l’épargne

administrateur

À Sao Paulo, on peut télétravailler dans un transat sur une plage aménagée

administrateur

Valheim, le succès surprise de ce début d’année

administrateur