Image default
Economie

à Paris, des restaurateurs contestent la fermeture administrative de leurs établissements


Alors que la mairie du XIXe arrondissement a appelé à davantage de dialogue, les représentants syndicaux rappellent que le respect du protocole sanitaire n’est pas négociable.

Les agents de police ont-ils la dent dure contre les restaurateurs? C’est en tout cas ce que pensent plusieurs professionnels, membre du collectif Canal 19, qui rassemble une trentaine de commerces du bassin de la Villette (XIXe arrondissement de Paris). Quatre d’entre eux ont été fermés administrativement par la préfecture de police de Paris. Luce Namer, patronne de l’un d’eux, ne décolère pas.

«Mon établissement a été fermé pour neuf jours,» s’exaspère-t-elle. «Il avait été contrôlé le soir de la fête de la musique, c’est-à-dire une soirée où il est très difficile de faire respecter les règles sanitaires. Les policiers m’ont indiqué qu’il fallait que les clients restent assis, ce dont nous nous sommes assurés par la suite», insiste la patronne du 25e Est. Les policiers font une nouvelle apparition avant la fermeture, à 1h30 du matin. Les clients se sont levés et attendent au comptoir pour régler; les policiers notent ce qu’ils interprètent comme de la danse en intérieur. «Il est possible que certains clients se soient mis à bouger en attendant de régler,» soupire Luce Namer, «mais c’est tout.»

«Je ne les plains pas»

La même incompréhension anime Louis Lemahieu, responsable du restaurant Bancs Publics. La fermeture administrative de son établissement court jusqu’au 15 juillet, après que des manquements au protocole sanitaire ont été remarqués dans son établissement fin juin – des clients qui consomment au comptoir. Le restaurateur l’assure, les policiers n’ont pas dressé de mise en demeure de son établissement avant sa fermeture.

La fermeture administrative d’un restaurant ou d’un bar doit pourtant être précédée d’un avertissement écrit, rappelle Pascal Mousset, président du groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI) en Île-de-France. «Nous avons fait annuler une dizaine de fermetures administratives devant la justice depuis le début de l’année, justement à cause de l’absence d’avertissement écrit», explique-t-il.

Ce représentant syndical conteste en revanche fermement la supposée inflexibilité de la police face aux restaurateurs. «Je peux dire, d’après les remontées du terrain que je reçois, qu’il y a peu de fermetures administratives. Voire, trop peu», estime-t-il. Selon la préfecture de police de Paris, qui a réagi sur Twitter, ce sont 420 fermetures administratives qui ont été prononcées depuis le début de l’année 2021 – et non 1000, comme l’affirme le collectif Canal 19. «Le protocole sanitaire est très clair», ajoute pour sa part Franck Delvau, président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih) Île-de-France. «Je ne plains pas les restaurateurs qui ne le respectent pas, et qui jettent l’opprobre sur la profession.»

Dans un contexte de reprise de l’épidémie, poussée par le variant Delta, les représentants de la profession sont plus à cheval que jamais sur le respect du protocole sanitaire. «Il est hors de question que l’on ferme à nouveau; nous allons à la faillite si l’on commence à remettre le doute sur la situation sanitaire dans nos établissements», reprend Pascal Mousset. La situation est d’autant plus fragile pour le secteur de la restauration que Bercy a entamé la dégression progressive des aides accordées au secteur durant la crise sanitaire (comme le chômage partiel) afin de les pousser vers la reprise d’activité.

Des concertations avec la police et la mairie

Face à l’incompréhension des restaurateurs du canal, la mairie du XIXe souhaite néanmoins se positionner comme médiatrice et prévoit des concertations entre les acteurs de la restauration concernés par les fermetures, le commissariat du XIXe arrondissement et la municipalité elle-même. Cette table ronde, qui selon nos informations doit se tenir cette semaine, aura pour but de clarifier l’ensemble des questions qui opposent à ce stade les restaurateurs et les forces de l’ordre.

«Il y a des incompréhensions,» estime-t-on en effet du côté de la mairie du XIXe arrondissement. «L’objectif est donc de clarifier le protocole en ce qui concerne les nuisances sonores, le protocole sanitaire, mais aussi les règles d’occupation de l’espace public. Il faut permettre aux différents acteurs de cohabiter en bonne intelligence.»





Source link

Autres articles

Fin de la trêve hivernale: 30.000 ménages sont menacés d’expulsion

administrateur

le gouvernement présente son budget 2021

administrateur

le site indépendant qui publie les chiffres de la vaccination en France

administrateur

Idemia prépare la riposte aux futures cyberattaques quantiques

administrateur

Les discothèques vont-elles rouvrir le 2 juillet ?

administrateur

Le parc Astérix envisage un élargissement et l’ouverture d’un parc aquatique

administrateur