Image default
Economie

Aide à domicile, mutuelles… Vieillir en France coûte de plus en plus cher


Selon une étude, les frais permettant de vieillir dignement à son domicile ont augmenté de 3,5% en un an.

13.078 euros par an. Soit 1090 euros par mois. C’est le prix qu’il faut payer, en moyenne, pour vieillir dignement chez soi en France, d’après la deuxième édition du baromètre Retraite.com et Silver Alliance. Alors que 85% des Français souhaitent vieillir à domicile, 25 produits et services comme la mutuelle, l’achat de fauteuils adaptés ou l’aide à domicile ont été passés au crible par cette étude. Et le résultat est sans équivoque : en un an, ce coût moyen a augmenté de 3,49%, soit environ un point de plus que l’inflation sur la même période.

Cette hausse globale de 3,49 % est toutefois «à nuancer à la fois sur les tranches d’âge et sur les services», explique dans le communiqué Benjamin Zimmer, le directeur de Silver Alliance. «La réforme 100 % santé a permis de réduire drastiquement en 2021 les frais liés à l’audition en proposant un appareil auditif sans avoir un euro à débourser pour le consommateur, dit-il. Inversement, le tarif des mutuelles a subi une hausse conséquente, venant impacter le pouvoir d’achat des seniors. L’inflation des prix des matières premières nécessaires pour produire certains produits a également un impact sur leurs prix finaux.»

Disparités selon les âges

Ainsi cette hausse moyenne des tarifs «est faible voire négative pour les seniors de 65-75 ans et augmente au fur et à mesure avec l’âge pour atteindre 5,56 % pour les plus de 85 ans», comme le précise le fondateur de Retraite.com Ludovic Herschlikovitz dans l’étude. Un retraité de 65 à 75 ans devra payer en moyenne 583 euros par mois pour les prestations et services liés à son âge (de 265 euros s’il choisit les services de base à 837 euros s’il préfère de services élevés). Mais ce montant passe vite à 748 euros mensuels dans la tranche d’âge 75-85 ans, et 1939 euros pour les plus de 85 ans.

À VOIR AUSSI – Dépendance : nos aînés sont-ils systématiquement maltraités ?

Entre 65 et 75 ans, précise l’étude, les frais de santé (mutuelle, optique, dentaire) sont le premier poste de dépenses avec une hausse de plus de 10 % cette année par rapport à l’an dernier. Cette hausse des mutuelles est cependant «contrebalancée par une prise en charge à 100 % des appareils auditifs, qui permet in fine aux nouveaux retraités de gagner en pouvoir d’achat». Chez les 75-85 ans, c’est encore la santé qui tient lieu de premier poste de dépenses. Mais l’âge avançant, les seniors diminuent leurs déplacements et les frais de service à domicile commencent à décoller. Par ailleurs, le matériel médical et de confort (cannes, fauteuils, produits d’aménagement intérieur) subissent «une hausse de 10 % liée notamment à l’augmentation des prix des matières premières répercutées vers l’usager». Enfin, chez les plus de 85 ans, la dépendance et l’accès au soin d’accompagnement deviennent le premier poste de dépenses, en hausse de 5% par rapport à l’an dernier, notamment avec l’augmentation des salaires et équipements liés à l’épidémie de Covid-19.

Si les tarifs ont augmenté cette année, la télémédecine pourrait toutefois, dans un avenir proche, réduire certaines de ces dépenses. «La crise sanitaire a permis également de voir se démocratiser l’usage des solutions de télémédecine et de téléconsultation permettant ainsi de réduire les inégalités territoriales d’accès au soin dans des déserts médicaux, conclut en effet Benjamin Zimmer. Cette massification des usages de la télémédecine, tant par les professionnels que par les patients, est une réelle chance de progrès pour toutes les parties prenantes de notre système de santé.»



Source link

Autres articles

Les chauffeurs d’Uber au Royaume-Uni pourront se syndiquer, une première

administrateur

les augmentations devraient repartir à la hausse en 2022

administrateur

Comment Dunkerque a mis en place son service de bus gratuits

administrateur

Pressé par Donald Trump, Microsoft s’apprête à racheter TikTok aux États-Unis

administrateur

L’apprentissage, un rempart au chômage des jeunes en Europe

administrateur

la France touchera 5,1 milliards d’euros jeudi

administrateur