Image default
Finance

Assurance emprunteur : un pas vers plus de concurrence



Publié le 18 nov. 2021 à 19:05Mis à jour le 18 nov. 2021 à 19:20

Les assureurs et les courtiers désireux de pousser leurs pions dans l’assurance emprunteur ont le vent dans le dos. Jeudi, la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a approuvé une proposition de loi renforçant la concurrence sur ce marché historiquement dominé par les banques.

La proposition, portée par la députée de la majorité Patricia Lemoine (Groupe Agir ensemble), vise à permettre aux assurés de résilier leur contrat d’assurance emprunteur sans frais et à tout moment de façon à réaliser des « économies substantielles ». Cette résiliation n’est aujourd’hui possible qu’à la date d’anniversaire du contrat.

Baisser les prix pour le consommateur

« C’est un texte de simplification, de transparence et de pouvoir d’achat, qui va permettre d’accroître la libéralisation du marché de l’assurance emprunteur et de faire baisser les prix pour le consommateur », s’est félicitée l’APCADE, l’Association pour la promotion de la concurrence en assurance emprunteur, qui regroupe des assureurs et des courtiers.

Les assurances emprunteur garantissent à ceux qui s’endettent une prise en charge de tout ou partie de leur crédit en cas d’accident ou de maladie, débouchant sur un décès, une incapacité à travailler ou encore une invalidité. Intimement liées au crédit immobilier, ces couvertures sont pour quelque 88 % d’entre elles distribuées par les banques.

« Américanisation » de l’assurance emprunteur

Ces dernières voient d’un très mauvais oeil l’idée que les assurés puissent résilier leur contrat à tout moment. Elles arguent que le modèle actuel permet aux bancassureurs de mutualiser les risques. Et donc de couvrir les particuliers à la santé fragile, qui ne pourraient pas être autrement protégés ou le seraient à coût prohibitif.

Le modèle porté par la proposition de loi « va amener à discriminer les quinquas et les plus vulnérables au profit des profils les plus jeunes et en bonne santé », a réagi jeudi le président de la Fédération bancaire française (FBF), Nicolas Théry, également patron de Crédit Mutuel. Et celui-ci de dénoncer une « américanisation de l’assurance emprunteur ».

La semaine dernière, les bancassureurs ont multiplié les interventions pour se poser en garants de l’accès au crédit et d’une assurance emprunteur abordable.

La proposition de loi doit encore être discutée en séance publique le 25 novembre. Elle doit ensuite être examinée au Sénat. Le gouvernement a engagé une procédure accélérée sur ce texte. De quoi faire espérer à ses promoteurs que le Parlement aura le temps de se prononcer définitivement avant la fin de la législature.



Source link

Autres articles

Brexit : Dublin récupère la plus grosse part du gâteau de la City

administrateur

Demande plus élevée que prévu pour les prêts à taux négatifs de la BCE

administrateur

Amazon, Berkshire et JPMorgan mettent fin à Haven, leur projet commun dans la santé

administrateur

Les assureurs profitent de marchés favorables pour renforcer leurs fonds propres

administrateur

Le fonds souverain norvégien plaide pour un capitalisme financier plus éthique et transparent

administrateur

Être caution devient plus facile et plus sûr

administrateur