Image default
Economie

Bercy a refusé des aides supplémentaires aux bars et restaurants


Les représentants du secteur avaient demandé un abaissement du seuil fixé par l’État pour venir en aide aux entreprises dont l’activité est affectée par les mesures sanitaires.

Ils se sont vus opposer une fin de non-recevoir. Accusant une forte baisse de la fréquentation des hôtels, cafés et restaurants (HCR) depuis l’émergence du variant Omicron sur le territoire, les représentants du secteur ont adressé ce vendredi un courrier au ministère de l’Économie. Dans cette lettre révélée par Le Parisien, les syndicats demandent un abaissement des seuils que le gouvernement a fixés pour aider les entreprises.

Car actuellement, l’État consent à prendre en charge les coûts fixes d’une entreprise à partir du moment où elle perd 50% de son chiffre d’affaires habituel, conformément à ce qu’a pu annoncer Bruno Le Maire le lundi 3 janvier dernier. Pour les représentants du secteur, c’est trop : ils ont demandé un abaissement de cette toise à 30% de pertes de chiffre d’affaires. Une demande balayée à Bercy à ce stade. Le ministère de l’Économie doit malgré tout recevoir les acteurs de l’hôtellerie-restauration ce mardi 11 janvier pour revenir sur une autre revendication: la demande d’exonération de charges pour les entreprises qui ont perdu plus de 65% de leur chiffre d’affaires ou qui font l’objet de mesures de restrictions sanitaires.

Craintes d’un nouveau choc pour la profession

Malgré la menace du variant Omicron, le secteur a pour l’instant échappé aux mesures strictes qui avaient prévalu pendant les vagues précédentes de coronavirus. Mais même les mesures restrictives plus légères qui ont été décidées pèsent sur l’activité, dénoncent les représentants. Ainsi, les restaurateurs feraient face à des annulations de réservation, et à une clientèle amenuisée au quotidien en raison du retour du télétravail trois jours sur cinq et de l’interdiction de consommer debout.

Ainsi, selon deux études soumises par les représentants du secteur à Bercy, 79% des restaurateurs affirment que leur chiffre d’affaires a baissé de plus de 30% entre le mois de décembre et le début du mois de janvier. Le ministère de l’Économie, cité par Le Parisien, a une lecture plus dure de ces chiffres. Bercy note en effet que «la majorité» des entreprises interrogées ont perdu plus de 50% de chiffre d’affaires, et peuvent dès lors prétendre aux aides que le gouvernement a d’ores et déjà proposées. Le ministère fait également valoir qu’il doit s’appliquer à ce que l’argent de l’État «soit bien utilisé».

Des précautions déjà évoquées par Bruno Le Maire, qui a vanté la semaine dernière des aides «sur mesure» et non un retour au «quoi qu’il en coûte» qui prévalait au début de la crise sanitaire.



Source link

Autres articles

les professionnels du tourisme se préparent à une saison morose

administrateur

L’Europe est allée «trop loin dans les délocalisations industrielles», selon Le Maire

administrateur

L’économie française a détruit un demi-million d’emplois au premier trimestre 2020

administrateur

Un bailleur social organise des ateliers de tag dans un immeuble à démolir

administrateur

Pourquoi la proximité avec une grande école fait-elle grimper les prix immobiliers ?

administrateur

Des discussions engagées pour repousser les soldes d’été à mi-juillet

administrateur