Image default
Economie

Casques, bottes, bouées… Les sauveteurs en mer organisent une vente de sensibilisation sur Leboncoin


Le but est d’alerter le public sur le coût du matériel de sauvetage, et de compenser la baisse des dons engendrée par la crise du Covid-19.

Situation inédite implique campagne de dons inédite pour les sauveteurs marins. À partir de ce mardi 8 décembre, la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) met en vente des anciens objets de sauvetage sur Leboncoin. L’objectif est double pour l’association à but non lucratif: obtenir des dons dans le cadre de sa campagne du mois de décembre, et sensibiliser les donateurs aux coûts que représente le sauvetage en mer.

En tout, une quarantaine d’articles sont disponibles sur le site de petites annonces. Casques, bottes, bouées, compas, jumelles… Il est possible de se procurer ces biens qui font le quotidien des 8506 bénévoles membres de la SNSM. Désormais inutilisables, ils sont vendus sous la forme d’objets de collection. Pour les Sauveteurs en mer, ce type d’opération est une grande première: «On n’avait jamais fait d’appel aux dons par le biais d’un gros partenariat digital auparavant», raconte-t-on au sein de la SNSM. Un partenariat extrêmement bien accueilli par l’association au regard du confinement: «avec l’annulation de notre gros événement hivernal , le Salon nautique à Paris, il nous a fallu trouver une opération qui pouvait s’effectuer en ligne. Leboncoin nous a ouvert les bras.»

Un lien pour faire un don directement à l’association est intégré aux annonces sur Leboncoin. Société nationale du sauvetage en mer

Séduite par la cause des Sauveteurs en mer, la plateforme de petites annonces s’est engagée auprès de l’association à ne pas prendre de commissions sur ses ventes réalisées et à remonter régulièrement ses annonces sur le site. «On s’appuie sur Leboncoin essentiellement pour avoir de la visibilité», explique la SNSM. Car ce coup de projecteur sur l’association lui permet d’attirer des dons de particuliers, «qui représentent 80% de notre financement total», précise-t-elle. «En réalité, nous ne vendons pas beaucoup d’objets car l’idée n’est pas de faire une brocante géante, mais de se faire connaître auprès du public, qui peut ensuite faire un don directement via le lien dans la description de notre profil sur Leboncoin

«Sauver une vie n’a pas de prix, mais l’équipement pour le faire en a un»

Obtenir des dons devient de plus en plus urgent pour les Sauveteurs de la mer, qui comptent chaque année sur la campagne menée en décembre. L’année dernière, l’argent récolté à cette période leur avait permis d’obtenir 30% des dons de particuliers totaux. Cette année, la SNSM vise encore plus haut, au regard de la baisse des gains récoltés suite à la campagne menée en juin et juillet: «cet été, les dons reversés à l’association ont diminué de 43 % par rapport aux années précédentes,» rapporte la SNSM.

Or, l’association a un important besoin de fonds pour réaliser ses missions: «En 2021, notre budget d’investissement est de 28,6 millions d’euros dont 21,8 millions d’euros sur la flotte avec la mise en chantier de 8 nouveaux navires hauturiers pour la seule année 2021», rapporte la SNSM au Figaro. C’est d’ailleurs ce que veulent mettre en lumière les Sauveteurs en mer à travers leur partenariat avec Leboncoin, en vendant des objets dont le prix peut atteindre 500 euros: «Au-delà de l’entretien des bateaux qui coûte cher, l’équipement professionnel cela n’est pas donné non plus. Pareil pour les formations des sauveteurs.» L’association des Sauveteurs en mer insiste, «sauver une vie n’a pas de prix, mais l’équipement pour le faire en a un».



Source link

Autres articles

Expulser des habitants pour délinquance: que dit la loi?

administrateur

Des formations accélérées pour pallier la pénurie de personnel dans les Ehpad

administrateur

American Airlines ouvre les portes du Boeing 737 MAX pour dissiper les peurs

administrateur

Apple met des bâtons dans les roues des services de cloud gaming de Microsoft, Google ou Facebook

administrateur

Comment calculer la plus-value de sa résidence secondaire ?

administrateur

Le télétravail intégral en baisse au mois de février

administrateur