Image default
Economie

Ce promoteur propose des formules innovantes d’accession à la propriété


Raréfaction du foncier, hausse des coûts de construction, restrictions sur le crédit immobilier… tout laisse à penser que l’achat d’un logement va continuer à être de plus en plus cher et de plus en plus délicat à financer. Pour éviter que le rêve d’accéder à la propriété ne devienne inaccessible, bon nombre de villes et collectivités ont commencé à développer des formules de dissociation du bâti et du foncier (le bail réel solidaire). Les ménages modestes peuvent ainsi acheter leur logement à moindre coût en payant un léger loyer mensuel pour la partie foncière.

» LIRE AUSSI – Le leasing immobilier, une solution pour aider les classes moyennes à se loger

Mais cette formule intéressante a ses limites et les professionnels de l’immobilier tentent de proposer des alternatives pour une pleine propriété à moindre coût. C’est le cas notamment d’In’li, filiale du groupe Action Logement qui expérimente une formule de LOA (location avec option d’achat). Elle permet de louer son appartement 15% moins cher et cette économie réaliser doit permettre de créer un apport. Au bout de 10 ans, l’occupant peut alors choisir de devenir propriétaire de son logement ou de récupérer son apport pour un autre investissement.

Une «accession universelle»

Cette possibilité, déjà testée en région parisienne, le promoteur Ogic l’intègre désormais et y ajoute encore deux autres solutions innovantes créées avec deux autres acteurs. «Notre but, c’est vraiment de trouver des manières de rendre un plus grand nombre de familles propriétaires, explique Mireille Vernerey, présidente d’Ogic. Ce souhait profond des Français est sorti encore renforcé de la crise sanitaire. Avec notre culture de l’innovation, nous avons voulu proposer des formules pour tous ceux pour lesquels la marche vers l’accession est devenue trop haute.»

L’ensemble de ces méthodes d’acquisition sont prévues pour les ménages ne parvenant pas à accéder à la propriété pour espérer se diriger vers une «accession universelle». Avec la start-up Acqer, c’est un montage d’achat partiel pour les «exclus bancaires» (indépendants, revenus irréguliers, commerçants, absence de CDD etc.) qui a été mis au point. Sans contracter le moindre prêt bancaire, les acquéreurs achètent une certaine proportion de leur logement (le reste appartient à In’li). Au gré de l’évolution des revenus et des envies, il est possible de faire évoluer ses mensualités pour acquérir une plus grande partie du logement. Tout cela se fait sans évolution du prix de marché de l’appartement fixé à l’entrée, une fois pour toute. À l’issue des 15 ans du montage, une banque doit prendre le relais dans la perspective d’un achat complet.

Quant à la dernière formule, baptisée APPI, elle se présente comme un montage d’achat progressif destiné aux jeunes ménages. Pour leur éviter d’acheter plus petit ou plus loin que ce qu’ils souhaitent, ils peuvent faire financer les pièces supplémentaires par In’li auquel ils rachèteront progressivement des parts pour finir pleinement propriétaire. Selon les projections, après seulement 10 ans de montage, le ménage peut contracter un second prêt bancaire, sur une durée de 20 ans, lui permettant de rembourser le premier tout en rachetant la part restante d’In’li. Selon les calculs d’Ogic, les montages Acqer et APPI permettent un gain d’une pièce par rapport à l’achat dans l’ancien et un gain de 2 pièces par rapport à un achat dans le neuf (hypothèse de revenu fiscal net de référence du ménage d’acheteurs: 45.000 euros).



Source link

Autres articles

Hausse de la taxe foncière : l’exécutif dément toute responsabilité

administrateur

À Versailles, on prend soin aussi des logements sociaux

administrateur

Tesla engendre des bénéfices record au 3e trimestre grâce à des ventes solides

administrateur

«Quand aurons-nous une vraie loi de programmation de sécurité intérieure ?»

administrateur

Excédés face à l’attente aux caisses, des clients abandonnent 168 caddies dans un supermarché

administrateur

La création d’une nouvelle compagnie low cost à la place de Norvégien indigne les pilotes

administrateur