Image default
Economie

ce que consomment les adolescents français


Une étude conduite sur 50.000 adolescents français pointe les tendances de consommation de ces derniers.

Ils aiment filer au supermarché à la sortie des cours pour acheter le goûter, se retrouvent souvent au McDo et concentrent leurs achats sur quelques marques. Une étude menée après de 50.000 adolescents par Pixpay, un service bancaire destiné aux jeunes utilisateurs, pointe quelques tendances de consommations chez ces jeunes Français âgés de dix à dix-huit ans.

McDonald’s, roi des marques

En étudiant les comportements de ces jeunes utilisateurs, PixPay a pu dresser un portrait – robot du consommateur adolescent. McDonald’s, Aliexpress, Shein, Amazon, Monoprix, dans le top 5 chez les filles, et PlayStation, Apple, Google, McDonald’s, Amazon pour les garçons : quelques grosses marques portent le classement. Aussi, 20% des transactions des adolescents sont concentrées chez douze marchands. « Il y a une hypersensibilité aux marques particulièrement pour les 10-15 ans, explique la psychologue Laurence Peltier. À cette période, les adolescents ont un fort besoin de reconnaissance et d’appartenance à un groupe, ce qui explique l’attrait des marques. Après 15 ans, ils auront plus envie de se différencier, avec un éclatement des marques vers lesquelles ils se dirigent. »

Au nombre d’achats, McDonald’s est sans surprise leader du classement, avec des transactions généralement autour de 10 euros. Pour les premières places, c’est Amazon qui enregistre la transaction moyenne la plus élevée, à plus de 18 euros. Au général, c’est Shein, qui propose des vêtements à bas coût, qui enregistre la transaction moyenne la plus élevée du classement, à 26 euros. Mais au final, ce sont bien les supermarchés qui attirent la plus grande part des dépenses, près d’un tiers, souvent effectuées à l’heure du déjeuner ou après la sortie des classes.

Vient après la restauration rapide, avec plus de 13% des dépenses. « La prédominance des fast-foods s’explique par le fait que c’est un lieu accessible financièrement et un lieu de sociabilité qui permet la rencontre entre les sexes, l’un des enjeux de l’adolescence », analyse Laurence Peltier. Les budgets restent serrés en tout état de cause, avec 56 euros dépensés par mois, répartis en moyenne autour de six transactions.

Vers des comportements plus vertueux ?

Ce qui explique des comportements de consommation un peu dégradés, et l’attraction qu’ont encore des marques comme Zara ou Shein, malgré le manque de durabilité de ces vêtements. « Les jeunes affichent une volonté de mieux consommer mais ils sont contraints par leurs petits budgets, poursuit la psychologue. Du coup, il est difficile pour eux d’aller au bout de leurs convictions. La mode éphémère, par exemple, occupe une part toujours importante de leurs dépenses. C’est lié au fait que la mode va vite, ce qui alimente le besoin d’actualisation des adolescents. »

« On a parfois l’impression que les comportements ne vont pas changer, corrobore Caroline Menager, la cofondatrice de Pixpay. Après, il est important de comprendre tôt ce qu’est consommer et d’avoir les clefs pour comprendre ce qu’est bien consommer.» « Il est important que les parents soient attentifs aux dépenses de leurs enfants, détaille Laurence Peltier. Et pas seulement pour les contraindre mais pour réfléchir avec eux et éviter les comportements de consommation compulsifs. »



Source link

Autres articles

ces professionnels du grand âge qui exercent leur métier avec passion

administrateur

Dunkerque, Aubagne, Montpellier… Ces villes où les transports en commun sont gratuits

administrateur

l’Union européenne durcit son contrôle des exportations

administrateur

Le centre spatial de Kourou accueille un immeuble en bois

administrateur

Un chalet de luxe à l’abandon a été vendu 24 millions d’euros

administrateur

«Le passe sanitaire est très bon pour l’économie», assure Bruno Le Maire

administrateur