Image default
Economie

Clément Beaune déconseille de réserver des vacances en Espagne ou au Portugal


«Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez, évitons le Portugal, l’Espagne», a déclaré le secrétaire d’État aux Affaires européennes, ce jeudi.

Avis de tempête en Europe. Alors que l’épidémie semble reprendre du terrain, portée par un variant Delta plus contagieux, les vacances des Français sont scrutées de près par l’exécutif, qui s’inquiète de voir les voyages propager le virus. Interrogé sur France 2, le secrétaire d’État aux Affaires européennes a tenu à transmettre un «message de prudence», en particulier pour les voyageurs durant l’été.

«De manière générale, la pandémie n’est pas finie», a souligné Clément Beaune. La situation dans certains pays, dont la Grèce, le Portugal et l’Espagne, est suivie de près, a-t-il indiqué. Des «mesures renforcées» pourraient être annoncées vis-à-vis de ces deux dernières nations dans les prochains jours, si les contaminations continuent de se multiplier. Le secrétaire d’État a d’ailleurs enjoint aux personnes ayant prévu de voyager vers ces destinations durant l’été de patienter : «Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez, évitons le Portugal, l’Espagne, dans vos destinations […]. Il vaut mieux rester en France, ou aller dans d’autres pays», a-t-il déclaré.

Certaines nations ont pu «trop ouvrir les vannes», afin de bénéficier d’un été touristique salutaire pour l’activité économique, a avancé Clément Beaune. Les contrôles sont d’ailleurs renforcés par certaines capitales, dont Athènes, afin de garder la situation sous contrôle.

Quelques minutes plus tard, le porte-parole du gouvernement a déclaré ne pas avoir de «recommandation à faire» spécifique sur l’Espagne ou le Portugal : «quel que soit le lieu où on se rend en vacances, il faut être très vigilant», a averti Gabriel Attal. Sur BFMTV, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a quant à lui refusé de s’exprimer sur le sujet, disant ne pas souhaiter «endosser un costume qui n’est pas le [sien]».

La loi hongroise contre la promotion de l’homosexualité est «scélérate»

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes a également dénoncé vigoureusement la loi hongroise contre la promotion de l’homosexualité. Source de fortes tensions entre Bruxelles et Budapest, ce texte est «une loi scélérate», a attaqué Clément Beaune. «C’est un scandale en Europe», et la procédure lancée par la Commission européenne «est nécessaire», a-t-il estimé. Elle ne parviendra toutefois parviendra probablement pas à empêcher le texte d’entrer en vigueur, au moins pendant un temps.

Le représentant du gouvernement a revendiqué un «combat culturel» de fond contre ce type de positions, et il a accusé le premier ministre hongrois, Viktor Orban, de «jouer sur l’homophobie». «Madame Le Pen a signé une tribune avec Monsieur Orban», en indiquant qu’elle souhaitait travailler avec lui et qu’elle partageait «ses valeurs», a aussi souligné Clément Beaune.

À VOIR AUSSI – «Les droits LGBTQI+ ne sont pas une question marginale»: l’UE menace la Hongrie d’une procédure d’infraction



Source link

Autres articles

Le casse-tête de la reprise du travail après le 11 mai

administrateur

Tout savoir sur Pegasus, ce logiciel dévoyé pour espionner journalistes et activistes

administrateur

toutes les réponses à vos questions

administrateur

Donald Trump veut prélever son pourcentage

administrateur

Pendant le confinement, les Parisiens ont davantage épargné que le reste des Français

administrateur

l’administration Biden ne ferme pas la porte à un impôt sur la fortune

administrateur