Image default
Economie

Condamné parce que son appartement a été loué à des prostituées sur Airbnb


Un propriétaire vient d’être condamné à 20.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Thionville, en Moselle (57). La raison? Ce trententaire est accusé d’avoir fermé les yeux sur une activité de prostitution à laquelle s’adonnaient les locataires dans son logement, loué sur Airbnb, entre avril 2018 et mai 2021, selon Le Parisien .

Au début de l’affaire, les enquêteurs de la brigade de Metz étaient convaincus d’avoir mis la main sur un proxénète qui installait des prostituées dans ce logement. Ils ont interpellé le propriétaire à son domicile sous les yeux de sa femme et de ses enfants avant de le placer en garde à vue. On ne lui reprochera finalement pas d’être un proxénète mais d’avoir loué son appartement à des prostituées, en toute connaissance de cause.

» LIRE AUSSI – Des locations touristiques reconverties dans la prostitution et les trafics

«Le logement qu’il louait sur Airbnb n’a subi aucune dégradation. L’appartement était toujours rendu impeccable. De plus, les locataires n’arrivaient jamais à plus de trois. Mon client n’a donc développé aucun soupçon», explique Me Elliot Hellenbrand, l’avocat du propriétaire, contacté par Le Figaro. Le prévenu n’aurait donc pas conscience de louer son appartement via Airbnb à des prostituées.

Les autres propriétaires de l’immeuble ont toutefois alerté le syndic qui a envoyé un email au propriétaire le 14 octobre 2020 afin de le prévenir des «forts soupçons de trafic de drogue et de prostitution» dans son logement. «Mon client a réagi en ne relouant pas ce logement aux personnes sur lesquelles portait ce soupçon», assure l’avocat. Pourtant, un travesti a déposé un témoignage à charge contre lui: «L’hôte savait ce qu’il se passait dans l’appartement, mais ne voulait pas d’histoires. Il m’a dit que cela ne le regardait pas et m’a demandé de ne pas faire de bruit», rapporte Le Parisien.

Des préservatifs usagés

Autre zone d’ombre de l’affaire, un commentaire sur le site Booking mentionnant des «préservatifs usagés retrouvés» qui aurait dû alerter le propriétaire, selon le procureur qui requiert 30.000 euros d’amende contre le prévenu. Ce à quoi Me Elliot Hellenbrand rétorque: «Il s’agit d’un commentaire parmi 850 autres. De plus, des préservatifs peuvent très bien être utilisés par un couple qui a des relations sexuelles et pas forcément par des prostituées».

Le magistrat s’interroge à son tour sur l’attitude du propriétaire: «Statistiquement, le fait que vos clients soient majoritairement des femmes, essentiellement originaires d’Amérique du Sud, vous n’avez pas trouvé cela étonnant?» Ce qui provoque l’ire de l’avocat du propriétaire: «On ne peut pas refuser de louer son logement à des étrangers. SOS Racisme aurait été immédiatement saisi», assène Me Elliot Hellenbrand. Avant de reprendre: «Mon client ne fait pas la police. À partir du moment où des gens louent son appartement, il n’a pas à demander pour quel motif ou il risque d’avoir des remarques sur son profil Airbnb le qualifiant d’hôte indélicat».

» LIRE AUSSI – Le fléau des arnaques aux locations de vacances

Des arguments qui n’ont pas suffi à convaincre le tribunal qui l’a donc condamné à une forte amende. En revanche, les locataires n’ont pas été sanctionnés par la justice et ne feront l’objet d’aucune poursuite de la part du propriétaire. «Mon client ne portera pas plainte contre les voyageurs. La seule responsabilité, c’est celle de ces sites comme Airbnb qui ne vérifient pas la moralité de leurs utilisateurs. Ils ne sont pas inquiétés mais les propriétaires oui», se désole l’avocat qui va faire appel de la décision. En attendant, le propriétaire, qui possède avec son épouse 5 appartements, dont quatre mis en location sur Booking et Airbnb, a retiré ses logements de la plateforme Airbnb.



Source link

Autres articles

«La proposition évidente du Sénat rejetée de manière incompréhensible et contre-productive»

administrateur

un fast-food Five Guys prendra-t-il la place de Gibert Jeune dans le Ve arrondissement ?

administrateur

Port du masque, télétravail… des mesures de plus en plus complexes en entreprise

administrateur

Facebook riposte contre le changement de confidentialité d’Apple en affichant son propre message

administrateur

le grand ratage des prises de rendez-vous

administrateur

Record pour les renouvelables en 2021, mais encore insuffisant selon l’AIE

administrateur