Image default
Finance

Crédit Agricole pourrait mettre la main sur une nouvelle banque en Italie



Publié le 7 janv. 2022 à 17:37

Crédit Agricole va-t-il encore agrandir son petit empire italien ? Ces dernières années, le géant bancaire français a successivement acquis plusieurs banques régionales du nord du pays pour devenir le septième réseau transalpin. Il est désormais cité par la presse du pays comme l’un des possibles repreneurs d’une banque en difficulté, l’établissement génois Banca Carige. Ce dernier est actuellement contrôlé à 80 % par le Fonds interbancaire de protection des dépôts de l’Italie (FITD).

Selon le quotidien romain « Il Messaggero », la banque française a proposé de racheter Carige pour un euro symbolique et demandé une augmentation de capital préalable de 700 millions d’euros à réaliser par le fonds contrôlé par les banques italiennes, qui l’avait déjà renflouée en 2019.

Le mouvement serait assez spectaculaire pour le groupe français, moins d’un an après une autre acquisition dans la Péninsule, celle de Credito Valtellinese (Creval) . Cette opération à 785 millions d’euros avait permis de conforter la place de Crédit Agricole dans le paysage italien, avec 5 % de parts de marché.

« Une taille similaire à Creval »

Crédit Agricole se refuse pour l’instant à tout commentaire. Sans confirmer ce scénario, plusieurs sources internes ne s’en étonnent pas, la banque restant constante dans sa volonté de développement dans le pays. « Carige est d’une dimension similaire à celle de Creval et consoliderait encore un peu plus l’implantation de la banque dans le nord de la péninsule, explique une source proche du dossier. L’opération ferait sens ».

Sans se référer spécifiquement au groupe mutualiste, le FITD a seulement confirmé avoir reçu « des offres non contraignantes » et démenti le chiffre de 700 millions d’euros.

L’usage du pluriel relance dans la presse italienne d’autres rumeurs, quant aux intentions de BNP Paribas via sa filiale transalpine BNL ou encore du fonds américain Cerberus. L’offre de Crédit Agricole rivaliserait en outre avec celle de la banque d’Emilie-Romagne (BPER Banca) , qui a annoncé en novembre une offre non contraignante pour l’achat de 88 % du capital de Carige pour un euro, avant le lancement d’une OPA sur les 12 % du capital restants.

Le FITD avait cependant opposé une fin de non-recevoir à cette offre, estimant trop élevée l’injection de fonds préalable d’un milliard d’euros qui lui a été réclamée par BPER Banca. Cette dernière est disposée à revoir son offre mais demande l’exclusivité.

Suspense de courte durée

Le suspense pourrait être de courte durée : l’étude préliminaire des offres soumises est « à un stade avancé » et sera achevée « probablement lundi », lors de la prochaine réunion du comité de gestion du fonds, a précisé le FITD dans un communiqué.

Si elle se concrétise, cette opération renforcerait le statut de l’Italie comme « deuxième marché domestique » de Crédit Agricole après la France. Avant l’acquisition de Creval, le groupe bancaire mutualiste avait par exemple racheté fin 2017 trois caisses d’épargne régionales en Italie du nord . Le groupe déploie sur place son modèle de banque universelle, proposant via son réseau ses contrats d’assurance, ses produits d’investissement ou encore ses crédits à la consommation. L’Italie génère désormais 15 % du résultat net de Crédit Agricole SA (CASA).

Un tel mouvement pourrait aussi être vu d’un bon oeil par les superviseurs européens. Ces derniers tentent d’encourager les mariages transfrontaliers entre banques – notamment afin qu’un groupe puissant puisse venir « sauver » un établissement plus fragile dans un autre Etat de la zone euro.

Quant aux investisseurs, ils semblent eux aussi croire en une issue prochaine : le cours de Carige a bondi vendredi de plus de 11 %, à 0,89 centime, soit 9 centimes de plus que le prix proposé par BPER pour son OPA.



Source link

Autres articles

Paris devient le premier « hub » de JP Morgan en Europe

administrateur

Afghanistan : les caisses étaient déjà vides avant l’arrivée des talibans

administrateur

Bataille à la tête de la banque d’affaires Messier Maris

administrateur

Covid: prêts participatifs, PGE… la boite à outils de Bercy pour soutenir les entreprises

administrateur

Les cours de l’aluminium au plus haut depuis 2008

administrateur

Ces investisseurs qui ont succombé à Wirecard

administrateur