Image default
Finance

Crise du coronavirus : le fonds souverain norvégien perd 18 milliards au premier semestre



Pris dans la tempête mondiale du coronavirus, le fonds souverain norvégien a enregistré une chute de son rendement de 3,4 % au premier semestre, soit une perte de 18 milliards d’euros. Il a enregistré sa pire performance durant les trois premiers mois de l’année (-14,6 %) avant un rebond de 13,1 % au trimestre suivant, porté par le redressement des Bourses. Ses capitaux sont repassés sous la barre des 1.000 milliards d’euros, à 990 milliards, soit 182.000 euros par habitant. Ce fonds d’investissement étatique est chargé de gérer la manne pétrolière en l’investissant sur les marchés internationaux dans près de 74 pays.

« Incertitude considérable »

« Même si les marchés se sont repris au second trimestre, nous faisons encore face à une incertitude considérable. La pandémie ne semble pas sous-contrôle » a mis en garde Trond Grande, directeur général délégué du fonds. Le fonds maintient sa confiance dans son nouveau directeur général, Nicolai Tangen , qui doit prendre ses fonctions le mois prochain après un long imbroglio lié à son recrutement . « C’est une situation que nous aurions aimé éviter mais nous avons heureusement bâti une réputation ces 20 dernières années qui peut résister à la tourmente », assure Trond Grande.

Le portefeuille boursier, qui représente près de 70 % de ses capitaux et concentre l’essentiel des risques, a perdu 6,8 % et les investissements obligataires (27,6 % de ses actifs) ont gagné 5,1 % lui permettent de limiter ses pertes globales. Les placements sur l’immobilier non coté ont cédé 1,6 %.

GAFA au secours

Au premier semestre, le fonds a été surtout pénalisé par la chute des marchés boursiers européens. Il a profité de la chute des actions chinoises pour augmenter leur poids dans son portefeuille boursier. Elles sont au 4e rang (5,2 % des placements boursiers) derrière les Etats-Unis, le Japon, et le Royaume-Uni et devant la France (5 %). Le portefeuille de titres européens a perdu 11,7 % alors que l es investissements à Wall Street n’ont cédé que 2,1 %. Les valeurs technologiques, notamment les Américaines ont même gagné 14,2 %. C’est le seul secteur avec la santé (+4,8 %) à être en territoire positif sur les six premiers mois de l’année.

Le fond est un actionnaire important des « GAFA » (Alphabet, Apple, Facebook et Amazon) qui sont dans le top 10 de ses plus fortes participations. Avant le gel des introductions en Bourse en mars, il a pu participer à 65 opérations dans le secteur de la santé (PPD inc), la gestion des déchets (GFL Environmental), l’e-commerce (JD. com) et la technologie (Netease).

Action des banques centrales

Son portefeuille obligataire a profité des injections massives de liquidités des deux côtés de l’Atlantique. Les obligations d’Etat, qui représentent la moitié de ses investissements obligataires, lui ont rapporté 5,2 %. Il s’est renforcé sur la dette australienne et coréenne. Au premier semestre, le fonds a cédé des obligations d’Etat américaines et japonaises. Ces cessions lui ont permis de disposer de liquidités qu’il a reversé (16 milliards d’euros) à son gouvernement pour l’aider à traverser la crise économique.



Source link

Autres articles

La banque centrale chinoise déclare illégales les transactions sur les cryptomonnaies

administrateur

Les banques françaises ont mis de côté près de 10 milliards d’euros en 2020

administrateur

Crise du Covid : les entreprises peuvent compter sur un trésor de guerre à 5.200 milliards de dollars

administrateur

Pourquoi les Américains font mieux fructifier leur épargne que les Français

administrateur

Hélène Bernicot, banquière chez Arkéa

administrateur

La Fed ratisse large pour ses achats de dette d’entreprise

administrateur