Image default
Economie

De nombreuses pharmacies n’ont plus d’autotests disponibles


D’après la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, 40% des pharmacies avaient déjà des difficultés d’approvisionnement ce lundi.

«Je pense que plus aucune officine lilloise n’a autotests en stock. Et je n’ai pas de visibilité sur les livraisons», déplore un pharmacien à Lille. Même constat à quelques encablures : «Plus rien : ni boîte de cinq, ni à l’unité. On a été dévalisé», abonde une autre professionnelle de santé.

«Lundi, les pharmaciens avaient trois millions d’autotests en stock et six millions commandés. 40% d’entre elles avaient déjà des difficultés. Les autres en avaient en moyenne 300 par officine», calcule Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

Explosion de la demande

C’était sans compter l’application du nouveau protocole sanitaire dans les écoles ce lundi 3 janvier : dès qu’un enfant est testé positif au Covid-19, ses camarades de classe sont dans l’obligation de faire au plus vite un test PCR ou antigénique pour retourner à l’école, suivi de deux autotests distribués gratuitement deux et quatre jours après le contact. Un volume d’autotests titanesque au vu de la contagiosité du variant Omicron. Quelque 332.252 cas ont été détectés sur le territoire ce mercredi, un record qui supplante celui… de la veille pour un taux d’incidence de 1907,9 (nombre de tests positifs pour 100.000 habitants) au 2 janvier. Soit une hausse de près de 150% sur sept jours.

«On a les stocks pour tester les adultes cas contacts [un nouveau protocole est aussi en vigueur depuis le 3 janvier : les vaccinés ne sont plus obligés de s’isoler à condition de réaliser trois tests en quatre jours] mais pas les enfants. Les huit millions de nouveaux autotests livrés la semaine prochaine promis par Gabriel Attal ne suffiront pas. Il faut directement les distribuer dans les écoles et mettre en place des systèmes de dépistage collectifs», ajoute Philippe Besset.

«J’en ai 500 de côté, de quoi tenir une semaine»

À Paris, les pharmaciens sondés sont légèrement plus optimistes. «J’en ai vendu 42 ce matin et j’en ai 500 de côté, de quoi tenir une semaine», estime l’un d’eux dans le 17ème arrondissement. «On en a 300. Mais l’exaspération monte sérieusement. Un nouveau protocole sanitaire est appliqué du jour au lendemain… Je ne suis pas sur mon ordinateur le dimanche soir !», explique une seconde pharmacienne du quartier. Interrogés sur la vente d’autotests en grande surface, les professionnels semblent résignés : «De toute façon, ils peuvent déjà vendre de l’eau oxygénée…». Depuis le 28 décembre et jusqu’au 31 janvier, les supermarchés sont autorisés à écouler des autotests. Et certains groupes avaient d’ores et déjà annoncé les vendre à prix coûtant.

À 6,20 euros la boîte de cinq chez E. Leclerc, elle est plus de quatre fois moins cher qu’en officine, où le prix du test est plafonné à 5,2 euros. Sur Twitter, le président de Système U Dominique Schelcher avait toutefois déclaré le 29 décembre, pour éteindre d’éventuelles polémiques, «ne pas avo[ir eu] de stock au niveau de l’enseigne avant l’autorisation officielle de vente donnée hier. Les commandes aux fournisseurs ont été passées hier, les produits seront disponibles sous 10 jours en magasin […]». Carrefour indique de son côté au Figaro que «les arrivages montent en puissance, notamment en province. Les fournisseurs avaient déjà identifiés en avril dernier à l’époque où les pharmacies avaient été autorisées à vendre des autotests». Les autres enseignes n’ont en revanche pas souhaité donner suite quant à leurs réserves.

Mais pour les pharmaciens questionnés, cette concurrence n’est pas le plus grave : «Évidemment pour les officines implantées à côté d’un supermarché, c’est problématique. Mais ce qui nous inquiète davantage que les autotests, c’est le climat de violence. Hier, nous avons failli appeler la police car deux individus voulaient se faire vacciner sans rendez-vous. Il faut protéger l’intégrité de nos équipes», conclut la professionnelle du 17ème arrondissement.



Source link

Autres articles

les agents de la fonction publique sont séduits

administrateur

des manifestations contre le texte du gouvernement partout en France ce dimanche

administrateur

les prix des carburants atteignent des sommets

administrateur

AstraZeneca défend la sûreté de son vaccin anti-Covid

administrateur

La politique d’insertion des jeunes étrillée par la Cour des comptes

administrateur

retour sur les douze années de conflit qui ont eu raison du projet de Pierre et Vacances

administrateur