Image default
Economie

des dizaines de pompiers mobilisés sur l’incendie d’un bâtiment abritant du nitrate d’ammonium


Des moyens spécifiques aux «risques chimiques» ont également été engagés pour circonscrire le feu qui n’a fait aucun blessé. Un périmètre d’évacuation de 500 mètres a été déployé.

Le feu s’est déclaré en début de soirée. Depuis, une cinquantaine de pompiers et des moyens spécifiques aux «risques chimiques» sont mobilisés à Casseneuil, au nord d’Agen, pour circonscrire l’incendie d’un bâtiment agricole de 3000 m2 abritant une réserve de 10 tonnes de nitrate d’ammonium, ont indiqué les secours. Aucun blessé n’est à déplorer.

L’opération a nécessité un important périmètre de sécurité, ont-ils ajouté. Le bâtiment, partiellement détruit, abrite principalement des balles de foin mais aussi un stockage de 10 tonnes de nitrate d’ammonium, au coeur de l’attention du Service Départemental d’Incendie et de secours (Sdis) de Lot-et-Garonne. La présence de ces matières potentiellement explosives entrant dans la composition de produits phyto-sanitaires a nécessité la mise en place à titre préventif d’un périmètre de sécurité au lieu-dit Tartifume, situé dans un secteur rural peu habité. Cette zone de 500 mètres autour du feu a entraîné l’évacuation de 14 personnes et sera conservée toute la nuit, précise au Figaro le lieutenant-colonel Patrick Aygalenq. «Le risque principal c’est l’explosion et celle-ci pourrait avoir des effets létaux jusqu’à 500 mètres», indique-t-il, ajoutant qu’un «périmètre d’exclusion» de 200 mètres à destination des pompiers a également été mis en place dans un premier temps. Les professionnels n’y rentrent que pour placer les dispositifs hydrauliques, comme des lances à incendie, puis en ressortent. Il a ensuite été abaissé à 80 mètres.

Selon le lieutenant-colonel Aygalenq, de «gros moyens hydrauliques» avec des «milliers de litres d’eau par minute» ont été engagés de manière à faire «baisser fortement la température sur le bâtiment» et prévenir le «risque» d’explosion que représente cette substance chimique associée aux explosions meurtrières d’AZF à Toulouse en septembre 2001 et de Beyrouth début août 2020. «D’après nos relevés, il n’y a pas de risque de pollution atmosphérique car les fumées sont diluées» (par l’eau), a ajouté l’officier à l’AFP.

Le dispositif maintenu toute la nuit

Vers 23 heures, la situation était «globalement sous contrôle» et «le risque d’explosion considérablement réduit même s’il n’est pas écarté». Le feu ne devrait pas être complètement éteint cette nuit. «On ne va bientôt plus voir de flammes s’échapper mais l’enchevêtrement de tôles dû à l’effondrement du bâtiment fait obstacle et empêche la pénétration de l’eau. Demain, quand il fera jour, nous étudierons les techniques nécessaires pour atteindre le coeur de l’incendie», analyse-t-il. Le dispositif hydraulique sera donc maintenu toute la nuit.

On ignore encore la cause du départ du feu mais le lieutenant-colonel et son équipe se disent habitués à intervenir sur des incendies dans des entrepôts agricoles. «Le plus souvent ils sont accidentels et les causes peuvent être multiples. La particularité dans ce cas ce sont les dix tonnes de nitrate d’ammonium», précise-t-il.



Source link

Autres articles

Une attestation nécessaire pour prendre les transports en commun en Île-de-France à partir de lundi

administrateur

Les douches devront être à l’italienne en janvier 2021 dans le neuf

administrateur

Pendant le confinement, les Parisiens ont davantage épargné que le reste des Français

administrateur

Colonial Pipeline a entamé le redémarrage de son oléoduc, les automobilistes à la recherche d’essence

administrateur

Locations Airbnb illégales: le semi-échec qui contrarie la mairie de Paris

administrateur

Les loges de concierge ont contribué à la baisse des charges à Paris

administrateur