Image default
Economie

Elyze, l’application pour convaincre les jeunes d’aller voter


Lancée il y a moins d’une semaine, elle comptabilise déjà plus de 100.000 téléchargements.

Plus de la moitié des 18-30 ans envisagent de ne pas aller voter à l’élection présidentielle d’avril 2022, selon un sondage Ifop. Pour pallier ce problème, deux étudiants d’une vingtaine d’années, Grégoire Cazcarra et François Mari, ont conçu l’application non partisane Elyze, lancée le 2 janvier dernier. Comme sur la plateforme de rencontres Tinder, l’utilisateur est invité à «swiper» aléatoirement les propositions de campagne des candidats: «mettre fin aux exonérations sociales et fiscales dont bénéficient les entreprises» ou «embaucher 100.000 nouvelles infirmières ou infirmiers». Si l’usager est d’accord, il balaie son écran vers la droite, sinon il va vers la gauche pour signifier qu’il est contre. L’algorithme s’affine progressivement et propose un classement des profils pour lesquels le jeune pourrait voter. Un score de fiabilité est aussi affiché. Pour 90 propositions passées, il équivaut à 20 %, contre 78 % pour 350 swipes.

Au total, près de 500 propositions sont réparties parmi une quinzaine de candidats à l’élection, soit environ une trentaine pour chacun. Elles sont ensuite classées parmi onze thématiques, de l’environnement à l’économie, en passant par l’éducation ou l’international. Ces propositions sont repérées par le collectif d’Elyze, composée d’une vingtaine de personnes, via les réseaux sociaux des candidats, leurs plateaux TV ou leurs sites de campagne. «Elles seront actualisées et enrichies au fur et à mesure», indique Grégoire Cazcarra, avant d’ajouter que «les utilisateurs et les équipes de campagne peuvent nous signaler de possibles erreurs».

Une interface ludique

Concernant les figures politiques, il s’agit des têtes d’affiche de la campagne. Emmanuel Macron fait aussi partie du panel, bien qu’il n’ait pas encore annoncé sa candidature officielle. Sur la fiche de chaque personnalité figure son âge, ses études et quelques anecdotes personnelles, comme la série préférée de Nicolas Dupont-Aignan (Columbo) ou l’ancien métier d’Anne Hidalgo (inspectrice du travail). Grégoire Cazcarra l’assure, «nous restons vigilants à ce qu’aucun candidat ne soit favorisé».

Aujourd’hui, les jeunes sont découragés de lire de longs articles sur les programmes des candidats. Avec cette application, c’est facile d’accès et intuitif, il ne faut que quelques secondes pour comprendre chaque proposition

Grégoire Cazcarra, cofondateur de l’application

Ces codes fonctionnent très bien auprès de la jeune génération, qui n’hésite pas à partager ses classements sur les réseaux sociaux. Le bouche-à-oreille et la simplicité d’utilisation ont poussé Jules, étudiant de 18 ans en économie, à télécharger Elyze: «Aujourd’hui, les jeunes sont découragés de lire de longs articles sur les programmes des candidats. Avec cette application, c’est facile d’accès et intuitif, il ne faut que quelques secondes pour comprendre chaque proposition.»

Pour l’heure, elle a généré plus de 100.000 téléchargements sur le Google Play et l’Apple Store, se hissant à la deuxième place des applications gratuites iOS, derrière TousAntiCovid. Elyze est gratuite et ne contient aucune publicité. Grégoire Cazcarra espère décliner son outil à d’autres élections, et s’engage à ce que «les données des utilisateurs restent anonymes et facultatives, sans jamais être communiquées à une équipe de campagne, à un parti politique ou à une formation partisane».



Source link

Autres articles

une juge invalide le plan de faillite du laboratoire Purdue, au cœur de la crise des opiacés

administrateur

l’Australie annule le «contrat du siècle» avec la France

administrateur

200.000 cartes Avantage vendues en près d’un mois

administrateur

Une cyberattaque provoque la fermeture du plus grand oléoduc d’essence aux États-Unis

administrateur

L’indice de réparabilité est à réformer, plaide l’UFC

administrateur

Un «super Pinel» en gestation pour relancer le logement neuf

administrateur