Image default
Economie

Emmanuel Macron appelle à être «innovants» face aux déserts médicaux


En visite dans le Nord à Aulnoye-Aymeries pour annoncer de nouvelles aides régionales, le chef de l’État veut remédier à une «situation très difficile» pour les années à venir.

Emmanuel Macron a appelé à être «volontaristes» et «innovants» pour lutter contre les déserts médicaux, en visitant vendredi une maison de santé qui manque de personnel dans le Nord. «On ne peut pas laisser nos compatriotes dans des situations où il faut faire parfois deux heures de voiture pour aller à un rendez-vous» médical, a déclaré le chef de l’État à la presse à Aulnoye-Aymeries.

Regrettant que la France, «pendant des décennies», ait formé trop peu de médecins et d’autres professionnels de santé, il a insisté sur le temps nécessaire pour rectifier cette situation, s’attendant à une «situation très difficile» pour les années à venir, d’autant que de nombreux médecins vont «partir à la retraite».

Pour remédier à cette situation, «cela suppose d’être volontaristes, innovants, de faire bouger les choses», a-t-il ajouté, en affirmant la nécessité de «développer les maisons de santé» dans les zones rurales. Ce déficit de soignants est, selon lui, la préoccupation «numéro un» des maires en France, à cinq mois de la présidentielle.

À VOIR AUSSI – Accès aux soins: à échelle locale, quelles solutions face au manque de médecins ?

«Un désert social»

Accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, Emmanuel Macron a également souligné le besoin de «continuer à valoriser toutes les professions de santé à l’hôpital et hors de l’hôpital» dans la lignée du Ségur. «Il faut aller plus loin et revoir les conventionnements pour être plus incitatif à l’installation dans certains territoires», a-t-il aussi expliqué à La Voix du Nord.

Le maire d’Aulnoye-Aymeries, Bernard Baudoux, avait organisé en mai une «marche blanche» contre la désertification médicale, qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes. Durant la visite, un élu a souligné au chef de l’État qu’il n’y avait que «68 médecins pour 100.000 habitants» et que «des gens meurent sur le territoire parce qu’on manque de médecins». «J’ai plus de 2.000 patients à charge. C’est dur de dire non tous les jours, vraiment tous les jours. Dans deux ans, 70% des médecins d’ici seront partis en retraite», a témoigné un médecin. «Il y a un désert médical mais aussi un désert social ici», a pour sa part regretté une jeune fille qui suit des études de médecine à Amiens.

C’est dans ce territoire à cheval sur le Nord et l’Aisne, qui cumule les difficultés économiques, qu’Emmanuel Macron était venu annoncer en novembre 2018 un «pacte» avec l’État – 137 millions d’aides en tout, comme il l’a lui-même précisé à La Voix du Nord vendredi. En fin d’après-midi, le chef de l’État devait annoncer à Guise (Aisne) une nouvelle tranche d’aides, en compagnie de Jacqueline Gourault, la ministre chargée des relations avec les collectivités territoriales et du président de la région Xavier Bertrand, qui brigue l’investiture de LR pour la présidentielle.

Après un week-end dans la villa familiale du Touquet, Emmanuel Macron doit se rendre lundi dans sa ville natale d’Amiens, notamment pour annoncer la création d’une annexe de la Bibliothèque nationale de France, selon la presse régionale. Par cette série de visites à 5 mois de la présidentielle, il sillonne une fois de plus la région de ses potentiels adversaires Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais, et Xavier Bertrand, après s’être rendu mardi à Béziers, ville du maire d’extrême-droite Robert Ménard.



Source link

Autres articles

Vers un livret A plus attractif pour les épargnants

administrateur

les premiers vols à partir de juin 2021 à Pontoise

administrateur

L’humanité sortirait de la pandémie si la Silicon Valley payait sa «juste» part d’impôts, selon une ONG

administrateur

Les jeunes, plus fragiles financièrement face à la crise du Covid-19

administrateur

un risque de pénurie mondiale plane sur les palettes en bois

administrateur

le succès grandissant de la livraison de courses à vélo

administrateur