Image default
Economie

En Europe, les prix immobiliers ont flambé de 30% en 6 ans


La fièvre immobilière en France est contagieuse. En Europe aussi, se loger coûte de plus en plus cher. Dans la zone euro, le prix des maisons et appartements a augmenté de 6,2% au premier trimestre, comparé à un an plus tôt, selon la Banque centrale européenne (BCE). Du jamais vu depuis mi-2007! Une statistique confirmée par l’organisme européen Eurostat qui observe également une envolée de près de 30% des prix d’achat des logements en Europe depuis 2015. «On ne construit pas suffisamment au regard des besoins», commente l’économiste Sandrine Levasseur, spécialiste des questions européennes et du logement à l’Observatoire français des conjonctures économiques.

» LIRE AUSSI – Immobilier: le boom des villes moyennes et de la grande banlieue

C’est au Luxembourg que les prix ont le plus grimpé en un an: +17%! Suivent le Danemark (+15,3%) et la Lituanie (+12%), selon Eurostat. C’est le cas de tous les autres pays de l’Union européenne, sauf Chypre où ils ont reculé de 5,8%. En France, la hausse plus modérée même si, sur un an, elle reste forte: +5,5%. C’est presque deux fois moins qu’en Allemagne où ils ont augmenté de plus de 9%! Au point que, dans certaines villes comme Berlin, des manifestants n’hésitent pas à descendre régulièrement dans la rue pour dénoncer la hausse des prix de l’immobilier mais également des loyers qui ne sont plus plafonnés. Un référendum d’initiative citoyenne doit être organisé dans moins d’une semaine, visant à exproprier les grandes sociétés immobilières de la capitale allemande, accusées d’encourager la spéculation.

Référendum à Berlin

Face à l’incertitude de la crise sanitaire, de plus en plus d’investisseurs se sont tournés vers la pierre, considérée comme une valeur sûre, note la BCE. Et avec le télétravail qui réduit la demande de bureaux, beaucoup de grands investisseurs se sont tournés vers les logements. La situation à Berlin risque de se propager dans toute l’Europe? «C’est très spécifique à Berlin», rétorque Sandrine Levasseur qui rappelle le fort taux de locataires (80%) dans la capitale allemande ainsi que le faible loyer, l’un des plus bas d’Europe (9,1 euros/ m² selon le cabinet Deloitte).

» LIRE AUSSI – L’immobilier augmente moins en France qu’en Europe depuis 15 ans

La pandémie a également accentué l’envolée des prix de l’immobilier. Les confinements ont stoppé les constructions et des difficultés d’approvisionnement en matériaux continuent de retarder les chantiers. En parallèle, de plus en plus de ménages ont ressenti le besoin de vivre dans des espaces plus grands, hors des métropoles. Conséquence: les prix de l’immobilier ont moins grimpé dans les capitales que de l’ensemble de la zone euro, alors qu’elle était toujours supérieure auparavant.

La BCE explique ce phénomène par une «décélération naturelle» des prix, déjà très hauts ou par «des déplacements de la demande vers des zones situées en dehors des capitales». La preuve en France: en régions, les prix ont grimpé de 7% au deuxième trimestre 2021 par rapport à 2020, à la même période, selon les notaires et l’Insee. Dans le même temps, ils ont stagné (-0,2%) à Paris.



Source link

Autres articles

Les chauffeurs d’Uber et de Lyft sont des salariés, répète le régulateur californien

administrateur

«Le variant Delta est le seul vrai risque pour la croissance»

administrateur

Beny Steinmetz sur le banc des accusés à Genève

administrateur

Après Vinted en ligne, ces enseignes de fripes qui fleurissent dans les rues

administrateur

«Notre pays risque très prochainement de ne plus être en situation d’autosuffisance alimentaire»

administrateur

Les Français ont de moins en moins de scrupules à revendre leurs cadeaux de Noël

administrateur