Image default
Economie

Éric Zemmour veut supprimer la loi sur les quotas de HLM


Éric Zemmour veut supprimer la loi sur les quotas de HLM, connue sous l’appellation loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain). «Avec la loi SRU, on essaime l’immigration et les problèmes qui l’accompagnent», affirme le candidat à l’élection présidentielle sur Europe 1 ce jeudi. Votée en 2000, cette loi impose aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Île-de-France) un taux minimum de 25% de logements sociaux ou de 20% pour les villes «dont la situation locale ne justifie pas un renforcement des obligations de production». Cette obligation devait prendre fin en 2025 mais les députés ont adopté en décembre dernier la pérennisation du dispositif au-delà de cette date, comme le souhaitait Emmanuelle Wargon, ministre du Logement.

» LIRE AUSSI – Peut-on attribuer prioritairement aux Français les logements sociaux?

Derrière la proposition d’Éric Zemmour se cache un autre enjeu hautement sensible: la mixité sociale dans les HLM. L’essayiste laisse sous-entendre que les ménages immigrés occupent en nombre les logements sociaux. Des propos qui rappellent ceux de Marine Le Pen qui veut les réserver en priorité aux Français. Or, selon la dernière étude publiée par l’Insee sur le sujet (page 76 du document), la part des immigrés qui sont locataires dans le parc social n’a cessé de croître – de 28% en 1996 à 34% en 2013 – là où celle des non immigrés, plus faible, stagne à 15%. En 2013, les immigrés étaient au nombre de 5,8 millions. Près de deux millions étaient donc locataires de HLM à cette époque. Soit 41% du parc locatif social. Reste à savoir comment ces chiffres ont évolué depuis 8 ans.

» LIRE AUSSI – Quotas de HLM: l’État peut-il se substituer aux maires récalcitrants?

La ministre du Logement ne partagera certainement pas la prise de position d’Éric Zemmour. En revanche, la mixité sociale dans les HLM lui pose question. «Il faut en finir avec les ghettos, avec l’entre-soi», avait lâché Emmanuelle Wargon en décembre 2020. Plus récemment, on a appris que le gouvernement a transmis une circulaire aux préfets pour encadrer la construction de nouveaux HLM «au profit d’une diversification de l’offre de logements». «Cette mesure doit contribuer à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens et à lutter contre le sentiment de relégation», peut-on lire dans le document écrit. L’objectif est de lutter contre le trafic de drogue, les incivilités et les dégradations des appartements, générés par le risque de communautarisme.

» LIRE AUSSI – Emmanuelle Wargon: «On a besoin de logements sociaux dans les villes aisées»

Par ailleurs, nul doute que la proposition d’Éric Zemmour ne manquera pas de satisfaire les maires régulièrement dans le viseur du gouvernement car ils ne respectent pas leur objectif de quotas. Ce à quoi les élus répondent souvent qu’ils ne disposent pas de terrains disponibles ou de moyens financiers suffisants. Ce sont les arguments qu’avait avancés le maire de Neuilly-sur-Seine (92) Jean-Christophe Fromantin qui avait obtenu gain de cause auprès de la justice en appel il y a 1 an et demi. La ministre du Logement avait également eu maille à partir avec les maires de Saint-Maur et de Saint-Mandé, deux communes du Val-de-Marne. Un département que connaît bien Emmanuelle Wargon puisqu’elle y vit et où le taux de HLM est l’un des plus faibles… Un comble qui lui avait valu d’être brocardé sur les réseaux sociaux.

À VOIR AUSSI – Eric Zemmour: «Depuis le mois de septembre, c’est nous qui avons écrit l’histoire de cette élection présidentielle»





Source link

Autres articles

aide pour les jeunes, retour à l’école… Ce qu’il faut retenir des annonces de Philippe

administrateur

L’Europe lance une enquête sur les pratiques d’annulation des compagnies aériennes

administrateur

en quoi consiste le projet Hercule ?

administrateur

les détails de son extension dévoilés

administrateur

La mairie de Nice menace d’expulser les délinquants des HLM

administrateur

«La survie d’Airbus est en jeu», selon son président

administrateur