Image default
Finance

Etats-Unis : les marchés plongent face à la perspective d’une hausse plus rapide des taux



Publié le 6 janv. 2022 à 6:20

La perspective d’une hausse des taux aux Etats-Unis s’est rapprochée, mercredi, au grand dam des marchés financiers. Selon les minutes de la réunion de mi-décembre de la Fed, les participants ont estimé qu’« il pourrait être justifié de relever le taux des fonds fédéraux plus tôt ou à un rythme plus rapide que ce qu’ils avaient prévu ».

Des précisions qui ont fait plonger les marchés financiers. L’indice Dow Jones a terminé la séance à Wall Street mercredi en recul de 1,07 %, à 36.407 points, et le S & P 500 a cédé 1,94 %, à 4.700 points. Mais ce sont les valeurs de la tech qui ont affiché le plus fort décrochage, avec un recul du Nasdaq Composite de 3,34 %, à 15.100 points. Avec une hausse des taux d’intérêt en ligne de mire, la détention d’actions de certaines valeurs deviendrait potentiellement moins intéressante. Le taux des bons du Trésor américain à dix ans a de son côté grimpé de six points de base, à 1,71 %.

Les marchés ont aussi réagi à la perspective d’une possible intervention de la Fed plus rapide que prévu pour réduire la taille de son bilan. « Certains participants ont également noté qu’il pourrait être approprié de commencer à réduire la taille du bilan de la Réserve fédérale relativement peu de temps après avoir commencé à augmenter le taux des fonds fédéraux », précisent ainsi les minutes.

Virage de politique monétaire

Mi-décembre, les membres du comité de politique monétaire avaient, sans surprise, laissé les taux d’intérêt inchangés entre 0 et 0,25 % mais annoncé l’accélération de la fin du programme d’achat d’actifs. Celle-ci étant considérée comme un préalable à toute hausse des taux directeurs, ils avaient ainsi ouvert la voie à une remontée des taux .

A l’instar d’autres banques centrales, la Réserve fédérale américaine opère depuis quelques semaines un virage de sa politique monétaire. Après avoir longtemps considéré que l’inflation était « transitoire », Jerome Powell avait acté, lors d’une audition au Sénat fin novembre, qu’il était temps de remiser l’expression – les prix à la consommation étaient en hausse de 6,8 % sur un an en novembre. Lors de leur réunion de mi-décembre, les membres du comité de politique monétaire ont à leur tour jugé « qu’il convenait de supprimer la référence aux facteurs ‘transitoires’ affectant l’inflation », pour « noter plutôt que les déséquilibres de l’offre et de la demande ont continué de contribuer à une inflation élevée ».

Mandat sur l’emploi

Le maintien d’une politique jusqu’ici très accommodante se fondait aussi sur un marché de l’emploi jugé convalescent, avec quelque 5 millions de personnes supplémentaires hors du marché du travail (sans emploi et n’en cherchant pas). Mais la Fed constate désormais, avec des pénuries de salariés dans de nombreux secteurs, que des personnes sorties du marché du travail ne souhaitent visiblement pas toutes y revenir rapidement. De quoi en déduire que la maximisation du niveau de l’emploi, qui fait partie de son mandat, est un objectif plus proche d’être atteint qu’elle ne le pensait jusqu’alors. Une analyse qui lui permet de se concentrer sur l’inflation, qui dépasse depuis déjà longtemps la cible de 2 % sur le long terme.

La prochaine réunion du comité de politique monétaire se tiendra les 24 et 25 janvier. Les membres du comité de politique monétaire disposeront d’ici là de nouveaux chiffres : ceux du taux de chômage et des créations d’emplois en décembre seront publiés ce vendredi. Celui de la hausse des prix à la consommation en fin d’année sera diffusé le 12 janvier.



Source link

Autres articles

Les banques européennes assez fortes pour encaisser une nouvelle tempête financière

administrateur

Facebook se lance dans le prêt aux entreprises en commençant par l’Inde

administrateur

Les Français ont placé 5 milliards d’euros sur leur Livret A en mai

administrateur

Le géant Cargill s’apprête à commercialiser des masques anti-méthane pour vaches

administrateur

Arnaque aux placements : une affaire tentaculaire

administrateur

Le fonds Apollo dernier candidat au rachat des terminaux Ingenico

administrateur