Image default
Economie

Facebook lance un chatbot sur WhatsApp afin d’encourager les jeunes au vote


Créé par l’ONG A voté, ce chatbot aide les internautes à vérifier s’ils sont correctement inscrits sur les listes électorales et diffuse des informations factuelles sur le scrutin.

Combien de Français se déplaceront aux urnes au printemps pour élire un nouveau président de la République puis leurs députés ? Le monde politique est dans l’expectative alors que les élections régionales de 2021 ont été marquées par une abstention de 65% du corps électoral. Pis, 82% des 18-35 ans ne s’étaient pas rendus aux urnes. Même si la présidentielle est traditionnellement mobilisatrice, la participation des jeunes n’est pas acquise pour autant. C’est pour mobiliser cet électorat que Meta France (ex-Facebook) annonce ce mardi le lancement d’un chatbot sur la messagerie WhatsApp, créé en collaboration avec l’ONG A voté.

Pour cette ONG, l’abstention des jeunes n’est pas due qu’à un désintérêt envers la politique. «En 2017, 51% des 25-29ans étaient mal-inscrits, c’est-à-dire que leur bureau de vote ne correspond pas à leur lieu de résidence», explique Dorian Dreuil, co-président de l’association. Ces jeunes actifs sont toujours inscrits dans la ville où ils ont grandi ou ont fait leurs études. «Or, la mal-inscription multiplie par trois les risques d’être abstentionnistes», poursuit-il. Et même les plus motivés ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise. Les citoyens n’habitant plus à l’adresse indiquée sur leur carte d’électeur s’exposent au risque d’être radié des listes par la commune concernée. Il leur est alors impossible de voter le jour J.

Vérifier son inscription

C’est pour lutter contre un «bug démocratique» selon l’expression de Flore Blondel-Goupil co-présidente d’ A voté, que l’association s’est rapprochée de Meta France en octobre. «Il fallait trouver le meilleur moyen de toucher les jeunes, et cela passe par les réseaux sociaux et les messageries», explique-t-elle. Les deux parties ont donc conçu un robot conversationnel, ou «chatbot», pour la messagerie WhatsApp qui est utilisée par 36 millions de Français chaque mois. Objectif, permettre aux électeurs de vérifier s’ils sont bien inscrits et diffuser les informations pratiques autour du scrutin. Cette année, la limite pour s’inscrire sur les listes électorales a été reportée au 4 mars.

Concrètement, le chatbot se lance en envoyant «Bonjour» sur WhatsApp au numéro +33 6 22 26 69 50 ou en cliquant sur ce lien. Après avoir rappelé les dates de la présidentielle et des législatives, le robot suggère à l’utilisateur de vérifier s’il est bien inscrit. Il le renvoie alors vers le site service-public.fr, qui a un outil dédié. En cas de problème, le chatbot explique simplement les démarches à effectuer pour s’inscrire sur les listes. La procédure en ligne prend quelques minutes. Le chatbot accompagnera l’électeur jusqu’au scrutin en lui rappelant les dates limites pour s’inscrire ou les modalités pour faire une procuration.

Un extrait de la conversation avec le chatbot A Voté Capture d’écran

Les influenceurs bientôt mobilisés

Pour faire connaître le chatbot, Meta France et A voté se sont rapprochés des médias 20 Minutes et Ouest-France. Ces derniers placeront le chatbot au sein de leurs articles dédiés à la présidentielle. «Nous allons aussi offrir des crédits publicitaires gratuits sur Facebook et Instagram afin que ce chatbot touche le plus de personnes possibles», ajoute Elisa Borry-Estrade, responsable des affaires publiques de Meta France. Le groupe va également mobiliser des stars d’Instagram afin qu’ils parlent de ce chatbot à leurs fans. «Nous travaillons avec Meta afin d’identifier les bons influenceurs pour cette campagne», souligne Dorian Dreuil.

Fin décembre, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa a réuni Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, Snapchat, YouTube et Google afin de leur demander de mettre en place des dispositifs d’information et d’incitation au vote. «Par exemple, des bandeaux annonçant le vote, des capsules vidéos rappelant l’enjeu de l’élection, des fonctionnalités permettant d’indiquer que l’on a voté, un accès privilégié aux sites apportant une information fiable et neutre sur les élections», expliquait-elle au Figaro. Une telle collaboration a déjà été mise en place aux débuts de la crise du Covid-19, afin que les réseaux sociaux diffusent à large échelle les informations sanitaires officielles et incitent les Français à respecter le confinement et les gestes barrière.

Meta France prévoit d’autres actions civiques en sus de ce chatbot, mais n’en dira pas plus pour le moment.



Source link

Autres articles

ces arnaques qui fleurissent à l’approche de Noël

administrateur

l’hypothèse d’un no-deal est «très crédible», Johnson et von der Leyen s’entretiendront ce mercredi

administrateur

Les internes, «dans un sale état», raccrochent les blouses pour deux jours

administrateur

La récession sera «probablement un peu moins forte que prévu», selon Bruno Le Maire

administrateur

le coût a augmenté de près de 5% en cinq ans

administrateur

Pécresse veut «construire plus» de logements, notamment pour les classes moyennes

administrateur