Image default
Finance

GameStop: les autorités peinent à éteindre l’incendie allumé par les particuliers à Wall Street



Publié le 28 janv. 2021 à 19:24

Face à la folle ascension de certaines valeurs à Wall Street, au coeur d’une bataille rangée entre les boursicoteurs et les hedge funds, les plateformes de trading tentent de calmer le jeu. Plusieurs d’entre elles, comme TD Ameritrade ou Charles Schwab ont commencé à suspendre une partie des opérations sur GameStop et d’autres valeurs spéculatives. Jeudi, les restrictions se sont multipliées: les plateformes en ligne préférées des particuliers, Robinhood et Interactive Brokers, ont à leur tour décidé de limiter les échanges, sur les valeurs en surchauffe comme GameStop et AMC Entertainment.

Résultat, les cours se sont effondrés. Dans la panique, les échanges ont dû être interrompus à de multiples reprises. A la 15e interruption, le cours de GameStop perdait 68 %. Pour mémoire, ces deux dernières semaines, le cours avait été multiplié par 18. Depuis quelques semaines, les particuliers ont engagé un bras de fer contre les hedge funds, en déclenchant une vague d’achats qui a obligé des investisseurs institutionnels spécialisés dans la vente à découvert (l’emprunt de titres pour tabler sur leur baisse et les payer ultérieurement à un prix réduit) à solder leurs positions voire à vendre d’autres actions pour couvrir leurs pertes.

La révolte des « little guys » contre « l’establishment » de Wall Street aurait-elle été étouffée par les acteurs mêmes qui leur ont donné le pouvoir ? Les plateformes n’ont pas reçu l’ordre de suspendre les transactions, elles l’ont fait de leur propre chef. Dès lors, les professionnels soupçonnent de possibles manipulations de marché. « Des enquêtes devront déterminer dans quelle mesure il y a pu avoir des actions de concert et une volonté délibérée de déstabiliser tel ou tel acteur en particulier », commente un investisseur.

Parmi les financiers les plus en vue, certains ont pris le parti de minimiser le phénomène. Philipp Hildebrand, chez BlackRock a estimé qu’il s’agissait d’un phénomène « absurde », tandis que James Gorman, de Morgan Stanley, a déclaré que les boursicoteurs impliqués dans ce type d’opérations s’exposaient à « un réveil brutal ».

Inquiétude des autorités

Il n’empêche. Les turbulences des derniers jours inquiètent. Au-delà de Melvin Capital, d’autres hedge funds ont subi des pertes importantes et les risques de transmission à l’ensemble du système financier sont pris très au sérieux. En outre, le mouvement de ces derniers jours ne ressemble pas à une simple euphorie boursière, il témoigne d’une véritable « bulle de colère » contre le système financier. « Ce n’est pas un casino, c’est une émeute », écrivait jeudi matin, un analyste de banque. L’euphorie autour des titres les plus vendus à découvert sur le marché a d’ailleurs attiré l’attention de la Maison-Blanche. La nouvelle secrétaire au Trésor de Joe Biden, Janet Yellen, a déclaré mercredi qu’elle « surveillait la situation ».

William Galvin, responsable de la régulation financière dans l’Etat du Massachusetts, a même réclamé à la Bourse de New York la suspension pour un mois de la cotation de GameStop afin de favoriser le retour au calme.

« Les régulateurs vont devoir évaluer l’impact de la rencontre entre les réseaux sociaux et la mise à disposition d’outils extrêmement puissants comme les dérivés pour les particuliers. C’est totalement inédit », remarque Wilfrid Galand chez Montpensier Finance. Il n’est cependant pas sûr que de simples restrictions de trading calment véritablement les boursicoteurs de Reddit. D’autres actifs commencent d’ailleurs à être pris pour cible, notamment des métaux comme l’argent. Et déjà Robinhood fait l’objet d’au moins deux plaintes, à New York et à Chicago, pour avoir empêché des opérations. L’utilisateur lésé, Richard Joseph Gatz, a estimé que l’arrêt des transactions sur Blackberry, Nokia et AMC Theatres avait pour objectif « de protéger l’investissement institutionnel au détriment des clients de détail. »



Source link

Autres articles

Brexit : Dublin récupère la plus grosse part du gâteau de la City

administrateur

Berlin envisage de prolonger son moratoire sur les faillites

administrateur

L’horizon s’assombrit pour les marchés émergents

administrateur

Le Venezuela attaque en justice la Banque d’Angleterre pour récupérer son or

administrateur

Les fonds monétaires pénalisés par l’afflux de liquidité de banque centrale

administrateur

Comment la fintech Klarna a passé la barre des 10 milliards de dollars de valorisation

administrateur