Image default
Finance

La Bourse de Paris s’enfonce dans le rouge face à la progression du variant Delta



Publié le 8 juil. 2021 à 12:04Mis à jour le 8 juil. 2021 à 14:14

Coup de tabac sur les marchés financiers. La Bourse de Paris chutait de 2,62 % ce jeudi en début d’après-midi, en route vers sa plus forte baisse depuis le 28 octobre dernier. Elle a reculé de plus de 3 % depuis le début de la semaine. A 6.355 points, elle est tombée à son plus bas niveau depuis le 20 mai dernier, en baisse de plus de 4,5 % par rapport à son point haut du 17 juin.

En cause, la recrudescence de l’épidémie de coronavirus, liée à la diffusion du variant Delta en Europe comme aux Etats-Unis. Le variant est déjà responsable d’environ 40 % des cas en France , où une inflexion à la hausse a été observée ces derniers jours. Outre-Atlantique, il serait déjà majoritaire.

Conséquences négatives sur la croissance

« La forte circulation du variant Delta et les mutations rendues possibles par cette forte prolifération du virus inquiètent à juste titre », estime Sebastian Paris Horvitz de La Banque Postale Asset Management.

« Si la crise sanitaire venait à s’amplifier, évidemment nous serions de retour dans une situation de confinement avec des conséquences très négatives sur la croissance. On a donc raison de s’en inquiéter, même si pour l’instant les données dont nous disposons sont que les vaccins actuels sont efficaces contre le variant Delta », ajoute-t-il.

Covid-19 : les chiffres clefs du jour en France

Vers une ouverture dans le rouge à New York

Les autres places européennes n’ont pas échappé à ce regain d’aversion pour le risque. Le DAX allemand reculait de 2,10 %, le FTSE londonien de 2,01 % et l’Euro Stoxx 50 de 2,56 %. Milan (-2,84 %) affichait la baisse la plus importante.

Les contrats à terme sur les marchés américains pointaient également vers une ouverture en forte baisse. Les futures sur le Dow Jones, le S & P 500 et le Nasdaq évoluaient tous en recul de près de 1,5 %. La veille, le Nasdaq et le S & P 500 avaient clôturé à des records historiques.

Les craintes des investisseurs sur la dynamique de croissance ont contribué au recul des rendements obligataires ces derniers jours. Le taux américain à 10 ans est retombé à 1,25 %, au plus bas depuis la mi-février, avant de remonter à 1,28 %. Le taux allemand s’enfonçait quant à lui un peu plus en territoire négatif, à -0,32 %.

Fondamentaux bien orientés

Sur les marchés actions, ce sont les secteurs qui ont le plus à gagner de la reprise économique qui affichent les plus fortes chutes depuis le début de la semaine. Au sein de l’indice paneuropéen STOXX 600, les bancaires et l’automobile ont reculé de plus de 5 % sur la période, l’énergie de 4 %. Le secteur du tourisme a également été affecté avec une chute de près de 4 %.

Au sein de l’indice parisien, Alstom a chuté de plus de 14 % depuis le début de la semaine, grevé par l’intégration plus difficile qu’attendu de Bombardier. Les grandes banques françaises sont également à la peine : Société Générale a abandonné 7,8 %, BNP Paribas 7,4 % et Crédit Agricole 5,5 %.

Les professionnels s’attendent toutefois à ce que cet accès de défiance ne dure pas. Il intervient en effet alors même que les prévisions de croissance de la France et de la zone euro ont récemment été revues à la hausse , et que les fondamentaux des entreprises restent solides. Jeudi matin, Stellantis a notamment indiqué s’attendre à dépasser ses objectifs de marge opérationnelle pour le premier semestre.



Source link

Autres articles

Conflits d’intérêts : les universitaires sommés d’être plus transparents

administrateur

Toujours plus de professionnels du bâtiment privés d’assurance construction

administrateur

Les marchés décrochent dans le sillage des cryptomonnaies

administrateur

Entre guerres, crises financières et épidémie, cinquante ans d’histoire de l’or

administrateur

Présidentielle américaine : comment les tweets de Donald Trump ont fait bouger Wall Street

administrateur

L’exécutif a bloqué pour la première fois un investissement étranger

administrateur