Image default
Finance

La folie des NFT : des performances exceptionnelles et une volatilité hors norme



Publié le 6 sept. 2021 à 12:17

Du rappeur Jay-Z à Paris Hilton, les certificats d’oeuvres numériques (art, figurines, gifs, mèmes…), les jetons non fongibles (NFT) sont les nouveaux placements à la mode de l’univers des cryptos. Les collectionneurs, investisseurs, spéculateurs et institutionnels s’arrachent ces actifs très populaires sur les réseaux sociaux.

Les NFT sont devenus des icônes culturelles et ambitionnent de détrôner tableaux, objets et antiquités… Internet est leur musée imaginaire, accessible à tous et sans passe sanitaire. Les prix des oeuvres les plus improbables et triviales s’envolent.

Révolution technologique ou bulle, voire les deux à la fois, ils suscitent un engouement mondial. Les ventes de NFT, ont atteint 1,5 milliard de dollars en août lors de 710.000 transactions. Un an plus tôt elles étaient d’à peine 3,5 millions de dollars, selon le site NonFungible.

Ceci n’est pas un tableau

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, ils enregistrent une longue phase de hausse ponctuée de trous d’air ponctuels. Auparavant, ils connaissaient des envolées de durée limitée, de 3 mois (2017) à 5 mois (2019). Ils sont devenus un des segments les plus dynamiques et spéculatifs du marché mondial des cryptos. Leur engouement profite à l’ether (4.000 dollars) la monnaie d’échange et de cotation de la plupart des NFT. 

Les NFT sont en particulier très populaires auprès de ceux qui ont fait fortune dans les cryptos. Ils y réinvestissent une partie de leur argent. Sur Twitter, Mike Novogratz, le patron d’un grand hedge fund sur les cryptos, a publié une photo d’un « vrai » tableau avec ce commentaire en forme d’excuse auprès de ses abonnés : « Ce n’est pas une NFT mais j’aime Garry Simmons (NDLR : un artiste américain ) ».

Envolée spéculative

En six mois, les cours des NFT, toutes catégories confondues (art, jeux, sport…), ont quasiment été multipliés par 5, alors que celui de bitcoin a stagné et celui de l’ether a été multiplié par plus de 2. Face aux NFT, les cryptos traditionnelles prennent un coup de vieux . Elles paraissent presque trop ennuyeuses et trop sages à certains spéculateurs en quête de profits rapides

Depuis leur création, les ventes de CryptoPunks (10.000 personnages numériques) ont dépassé le milliard de dollars (1,2 milliard) devant les fichiers vidéo des meilleurs paniers de basket de la NBA et les oeuvres d’art numériques d’Art Blocks créées par des algorithmes qui totalisent pour chacune de ces 2 catégories 700 millions de dollars, selon CryptoSlam.

Hollywood

Les CryptoPunks, des personnages numériques (homme, femme, zombie, singe, extraterrestre), plus ou moins rares et déclinés selon leurs attributs (couleur de cheveux, barbe, coiffure, lunettes…), sont un segment historique important du marché des NFT.

Ils figurent en tête des volumes et ont représenté 6 des 15 NFT les plus chères de l’histoire avec des prix de vente de 4 à 12 millions de dollars. Les CryptoPunks vont même faire leur entrée à Hollywood grâce à la Universal Talent Agency qui s’occupe désormais de leurs intérêts (film, télé, licences, droits à l’image…).

6 % à 44 % par mois

Entre juin 2017 et mai 2021, les CryptoPunks ont rapporté entre 6 et 44 % chaque mois et 17 % en moyenne, selon une étude (1). Leur rendement a été multiplié par 7,5 depuis la crise du COVID qui a marqué une phase d’engouement spéculatif mondial pour ces actifs.

En règle générale, le cours des NFT progresse quand les places boursières montent, un signe de l’appétit pour le risque des investisseurs et spéculateurs. Il évolue en sens inverse de celui de l’or, une valeur refuge. L’investissement dans les NFT est très rentable mais aussi très spéculatif et risqué. Leur volatilité est 13 fois supérieure à celle d’une action.

Effet rareté

Le prix des différents personnages dépend de leur rareté. Les plus rares sont les zombies, singes et extraterrestres. Le CryptoPunk n°7804, vendu pour 7,5 millions de dollars représentait un extraterrestre avec une casquette qui fume une pipe. Les figurines qui ont certaines caractéristiques (bandana, cheveux crépus et filandreux…) trouvent plus difficilement preneur et leur prix s’en ressent (décote). Les casquettes de pilote, bonnets font à l’inverse bondir leur cours.

Près de la moitié des acheteurs revendent leurs CryptoPunks dans les 6 mois et 40 % les gardent plus d’un an. 15 % sont des investisseurs-collectionneurs de très long terme (détention d’au moins 3 ans et demi). Certains n’envisagent pas vendre leurs figurines, qui sont pour eux comme des tableaux de grands maîtres .

Monnaie de singe

10.000 singes mutants numériques du Bore Ape Yacht Club sur 20.000 ont été vendus en une heure à peine et pour 96 millions de dollars en avril. Parmi les investisseurs figurait la star du basket, Stephen Curry. Certains ont été achetés pour quelques centaines de dollars mais le basketteur a déboursé 180.000 dollars pour son animal virtuel. La semaine dernière, deux singes figuraient parmi les meilleures ventes des NFT avec des prix unitaires de 1,4 à 1,2 million de dollars. Les singes ont levé près de 354 millions de dollars. Vendredi, ils ont eu les honneurs de Sotheby’s qui a organisé une vente.

(1) « Alternative investments in the Fintech era : the risk and return of non-fungible token (NFT) »





Source link

Autres articles

Comment la faillite de Greensill a coûté 500 millions à plusieurs villes allemandes

administrateur

Le gendarme boursier tire les leçons d’une année 2020 hors norme

administrateur

Bourse : le vent a tourné à Wall Street

administrateur

L’or grimpe au plus haut depuis 7 ans

administrateur

Financements des énergies fossiles : BNP Paribas répond aux critiques

administrateur

Etats-Unis : une flambée des prix à multiples facettes

administrateur