Image default
Finance

La Grèce lance un emprunt à 10 ans pour sauver son économie du coronavirus



Depuis son retour sur les marchés, la Grèce continue de croire à son étoile. Après avoir levé deux milliards d’euros au mois d’avril, lors d’une émission à sept ans, le gouvernement grec se tourne à nouveau vers les marchés financiers pour lutter contre les conséquences économiques de la crise du coronavirus. Cette fois, Athènes compte émettre des titres à dix ans et espère tirer au total 2,5 milliards d’euros, lors d’une opération qui a démarré dans la matinée ce mardi, selon Bloomberg.

Selon le ministre grec des Finances, Christos Staïkouras, les sommes empruntées dans le cadre de cette nouvelle émission devraient être utilisées pour financer les mesures de soutien aux entrepreneurs et aux salariés touchés par le confinement mis en place pour endiguer la propagation du virus.

En Grèce, où l’épidémie a été moins dramatique qu’en France, en Espagne ou en Italie, le gel de l’activité économique a duré six semaines, du 23 mars au 4 mai. Suffisamment pour peser lourdement sur l’économie hellénique, qui avait pourtant retrouvé un semblant de normalité en début d’année : en février, Athènes avait vu son taux à dix ans passer sous la barre des 1 % pour la première fois en huit ans. Un mois plus tôt, elle avait même levé de la dette à 15 ans, une première depuis la crise de l’Euro.

Risque d’explosion du chômage

Le succès de cette nouvelle émission serait bienvenu pour le pays. Son économie étant particulièrement dépendante du tourisme – le secteur représente un cinquième du PIB et 22 % des emplois -, la Grève risque de renouer avec les heures les plus sombres qu’elle ait connues durant la crise qu’elle a traversée au début de la décennie précédente.

En effet, les premiers avions commerciaux ne devraient à nouveau se poser sur la péninsule qu’à partir de vendredi et, selon les organisations professionnelles du secteur, les réservations sont encore rares. La moitié des employés du tourisme et de la restauration pourrait même se retrouver sans emploi, soit 300.000 personnes environs. Actuellement situé aux environ de 16 %, le pays craint de voir son taux de chômage dépasser la barre des 20 % dans le courant de l’année. Au plus fort de la crise de la dette, le chômage avait atteint 27 %.

Une opération réussie en avril

C’est la raison pour laquelle le ministre des Finances s’était félicité, en avril dernier, de la réussite de l’émission de dette précédente, qui « prouvait » selon lui « la confiance des marchés » dans l’économie grecque malgré la crise sanitaire. Le coupon de cette obligation, dont l’échéance est fixée à avril 2027, s’était alors élevé à 2,01 % et les offres avaient atteint environ 5,9 milliards d’euros.

Pour cette nouvelle opération – en cours-, Athènes a mandaté les banques BNP Paribas, BofA, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC et JPMorgan.



Source link

Autres articles

La Chine secouée par une série de défauts dans ses entreprises d’Etat

administrateur

« Il est erroné de considérer que cette épargne dort » 

administrateur

Anti-blanchiment : N 26 sous contrôle d’un superviseur spécial

administrateur

Les marchés saluent le retour politique de Mario Draghi en Italie

administrateur

Emissions de carbone : la schizophrénie de Pékin

administrateur

Goldman Sachs met 50 millions de livres dans une néobanque britannique

administrateur