Image default
Economie

La liberté est au cœur de la nouvelle campagne du Figaro


Le journal lance une opération de communication auprès de ses lecteurs dans laquelle il réaffirme ses valeurs et ses engagements.

«La culture de la liberté depuis 1826» : sous le fameux F du Figaro traversé par la plume s’inscrira désormais sa raison d’être. Depuis les premiers jours et au travers des époques, la liberté est le bien fondamental du quotidien, son héritage et son avenir.

Le Figaro dévoile sa nouvelle politique de marque pour affirmer son image et ses valeurs auprès des Français. «Nous nous sommes plongés dans notre histoire et notre modèle actuel pour comprendre la culture profonde et commune qui habite nos lecteurs et les journalistes de notre rédaction. Nous affirmons ce que nous sommes, notre différence et notre liberté de ton», explique Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro. La liberté de penser, est celle qui rend toutes les autres possibles: celle de s’exprimer, de débattre, d’entreprendre et d’apprécier les bonnes choses de la vie. Un hédonisme et un art de vivre à la française, sans complexe, ni culpabilité, incarnés par les différentes rédactions du Figaro, du Figaro Magazine, du Figaroscope, du Madame, et de leurs nombreux suppléments.

Déployée le jeudi 10 juin, la campagne de marque s’inscrit dans un objectif de cohérence, auprès des 28,4 millions de lecteurs print et digital par mois. Elle dévoilera le manifeste du Figaro. «Ce qui nous tenait à cœur était de ne pas répéter les campagnes traditionnelles développées ces dernières années par les grands journaux mais plutôt de mettre en valeur notre singularité, commente Marc Feuillée, directeur général du groupe Figaro. Notre position de premier site d’information de France depuis dix ans nous confère une responsabilité: celle de redonner du sens à ce que l’on fait et de la lisibilité sur nos offres éditoriales, à la fois vis-à-vis de nos lecteurs historiques mais aussi pour nos nouveaux lecteurs.»

Plus d’un an après l’arrivée de la pandémie, Le Figaro conforte ainsi son rang de première marque de presse du pays, selon la dernière étude OneNext Global 2021 de l’ACPM, qui certifie les données agrégées d’audience et de diffusion de la presse.

Le journal papier, symbole du Figaro

«Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur», écrivait Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais il y a trois siècles. Ce passage du Mariage de Figaro, devenu la devise du journal, s’inscrit parfaitement dans le temps présent. En particulier au lendemain d’une longue période confinée qui a privé de nombreux Français de leur liberté. «Plus que jamais, Le Figaro doit apporter son regard sur les bouleversements de notre société. Les raconter et les analyser rigoureusement en proposant à nos lecteurs toujours plus de débats intelligibles, pour qu’ils soient mieux informés en tant que citoyens, dans leur vie professionnelle mais aussi personnelle», analyse Marc Feuillée.La campagne de marque du Figaro sera déployée sur différents supports: presse, radio, bannières digitales et réseaux sociaux. Elle sera accompagnée de nouvelles offres d’abonnements numériques personnalisés, comme la «formule étudiante» et la «formule été». Actuellement, Le Figaro compte 220.000 abonnés exclusivement numériques.

La mise en avant de la version papier du journal dans les visuels de la campagne ancre Le Figaro dans sa tradition et son héritage. Là où d’autres médias ont fait le choix de codes très digitaux pour faire plus «moderne». «Aujourd’hui, le digital est un acquis, il est partout, avec aussi son lot de faux journalisme, de fake news et ses copiés-collés sur certaines plateformes, analyse Agathe Bousquet, présidente du groupe Publicis France, qui a pensé cette nouvelle campagne de marque. La vraie force du Figaro, sa différence, c’est son héritage historique, la valeur, l’éthique, le professionnalisme et la rigueur de sa rédaction et de ses journalistes. Le meilleur symbole de cela, c’est le journal papier.»



Source link

Autres articles

TF1 en tête mais en recul, les chaînes d’info grandes gagnantes

administrateur

600 projets de centrales en Asie menacent les objectifs climatiques

administrateur

ce que consomment les adolescents français

administrateur

La Cour suprême néerlandaise se prononce dans l’affaire Ioukos

administrateur

Renault, Nissan et Mitsubishi vont produire en commun «près de 50%» de leurs modèle

administrateur

ce qu’il faut retenir des annonces de Macron sur l’automobile

administrateur