Image default
Economie

La Poste va ralentir la distribution du courrier


Confrontée à une chute du volume de courrier et un déficit record, La Poste proposera en 2023 une nouvelle gamme, centrée sur une offre à J+3, au lieu de J+2. L’État prévoit de lui verser au moins 500 millions d’euros pour financer le service universel postal.

L’État met la main à la poche pour voler au secours de La Poste. De fait, l’établissement fait face à une chute du volume de courrier (- 18 % en 2020), accentuée par la crise sanitaire. Cette activité historique est tombée dans le rouge en 2018 et son déficit s’est sensiblement creusé en 2020, avec un déficit record de 1,3 milliard d’euros. Ce déficit, qui devrait se maintenir à un milliard d’euros si rien n’est fait, risque de peser sur les autres activités du groupe, soumises à la concurrence, notamment logistiques et bancaires. «L’équilibre financier du service universel postal est désormais structurellement dégradé», a expliqué jeudi le gouvernement.

L’État prévoit donc de verser chaque année à La Poste au moins 500 millions d’euros pour financer le service universel postal, a annoncé le Premier ministre Jean Castex. La dotation budgétaire annuelle, qui devrait varier entre «500 et 520 millions d’euros», sera versée dès 2022 pour «compenser les surcoûts supportés par La Poste au titre de l’année 2021» concernant la mission de service public, a précisé le gouvernement au terme d’une réunion du comité de suivi de haut niveau du contrat d’entreprise entre l’État et La Poste, qui a été présidée par Jean Castex. La dotation envisagée doit encore être «déclarée compatible par la Commission européenne» pour son versement, précise le gouvernement.

400 millions d’économies par an

Dans le même temps, envoyer une lettre par la Poste prendra bientôt un peu plus de temps. La Poste préparera d’ici à 2023 une nouvelle gamme, centrée sur une offre à J+3, au lieu de J+2. Cette politique doit être élaborée «d’ici la fin de l’année 2022», avant le nouveau contrat d’entreprise avec l’État (2023-2028). Elle répond aux nouveaux usages (45 lettres prioritaires envoyées par an et par ménage en 2008 et seulement 5 en 2020) et doit surtout permettre à la Poste d’économiser 400 millions d’euros par an. Notamment avec la crise sanitaire, qui a amplifié la baisse du courrier distribué, justifie le gouvernement.

Par ailleurs, le gouvernement s’est dit «prêt à maintenir», la dotation de 174 millions d’euros pour la mission d’aménagement du territoire de La Poste mais souhaite que la négociation du prochain contrat pour la période 2023-2025 débute «dès les prochaines semaines».

En mai, l’ancien député du Lot Jean Launay avait remis un rapport au ministère de l’Économie qui proposait de taxer les opérateurs de télécommunications et de piocher dans le budget de l’État pour combler le déficit du service universel. Un rapport de trois sénateurs en mars avait aussi proposé une dotation budgétaire «jusqu’à 730 millions d’euros» pour La Poste ainsi qu’un abattement fiscal «jusqu’à 270 millions d’euros» de la taxe sur les salaires.



Source link

Autres articles

un air d’insouciance souffle pour les Parisiens

administrateur

les jeunes à la peine face à la pandémie

administrateur

Malgré la crise, moins de Français surendettés

administrateur

Face aux pressions de Pékin, les alliés de Canberra appellent à boire du vin australien

administrateur

Pourquoi les prix risquent de continuer à grimper dans le logement neuf

administrateur

Facebook a minimisé des initiatives internes visant à affaiblir les contenus extrémistes

administrateur