Image default
Economie

La République en marche rejoint le camp des propriétaires immobiliers


C’est un sacré changement de paradigme pour LREM, le parti d’un président qui a souvent eu la dent dure contre ceux qu’il a qualifiés de «rentiers» quelques mois avant de prendre en main les destinées de la France. Pour la première fois de sa très jeune histoire, La République en marche a décidé d’acquérir son quartier général de campagne (QG). Début juillet, la start-up d’Emmanuel Macron s’installera rue du Rocher (voir notre photo en illustration principale), dans le 8e arrondissement, à 15 minutes à pied du Palais de l’Élysée, a annoncé Stanislas Guérini qui a fait visiter les lieux à Paris Match. Une manière de faire corps avec le chef de l’État, à moins d’un an des élections présidentielles.

» LIRE AUSSI – Covid-19: que faire des surfaces de bureaux désertées?

En cinq ans, c’est donc la troisième fois que La République en marche change de QG. Après avoir occupé brièvement des locaux en 2016 dans la Tour Montparnasse, le parti qui allait conduire Emmanuel Macron au pouvoir s’installe dans le 15e, rue de l’Abbé-Groult, près de la Porte de Versailles. Fort de la victoire de l’ancien locataire de Bercy à l’été 2017, la start-up du président monte en gamme et loue quelques mois plus tard, un hôtel particulier de 1000 m² dans le 2e arrondissement de Paris. Avant donc d’élire domicile dans le 8e.

» LIRE AUSSI – L’ancien siège parisien du PS vendu trois fois plus cher qu’il y a trois ans

110 millions de subvention en 5 ans

Une bonne affaire? Il semblerait que oui. Pour s’offrir ses nouveaux locaux de 2800 m² qu’occupaient la Mutuelle Bleue, une des plus importantes mutuelles françaises, La République en marche a déboursé quelque 35 millions d’euros, soit 12.500 euros le m². Une sacrée somme mais bien inférieure aux plus de 44 millions d’euros (près de 16.000 euros le m²) que coûte cette adresse, selon une estimation du portail immobilier Bureaux Locaux. «Nous avons réalisé une bonne affaire en achetant ces bâtiments qui datent des années 60 et qui nécessitent des travaux de mise aux normes», explique l’entourage de Stanislas Guérini.

Le numéro 1 de La République en Marche souligne que le montant est également inférieur aux 45 millions d’euros qu’a coûtés l’ancien siège du PS, rue de Solférino. Certes, mais c’était en 2017, il s’agit d’un hôtel particulier et non d’un immeuble de bureaux et sa surface était bien plus grande (3700 m²). Enfin, la rue de Solferino est plus cotée (17/18.000 euros le m² selon Meilleurs Agents) que la rue du Rocher. Et il n’est pas sûr qu’une fois rénové, le nouveau QG de la République en marche aura le même potentiel à la revente que l’ancien siège parisien du PS qui, lui aussi, sera bientôt refait à neuf. Le «10, rue de Solférino» a été vendu il y a deux mois, avec une plus-value de 80 millions d’euros!

Quoi qu’il en soit, La République en Marche a d’autant plus de raisons de casser sa tirelire que le parti a engrangé plus de 110 millions d’euros de subventions depuis son succès en 2017. Là où les partis historiques qui ont reculé dans le paysage politique, ont dû réduire la voilure. Les Républicains, très endetté, a dû vendre son siège de la rue Vaugirard (15e) dont il loue actuellement une partie. Le PS, quant à lui, a dû céder son siège historique de la rue de Solférino (7e) pour s’installer dans un quartier plus populaire dans le Val-de-Marne (94).



Source link

Autres articles

Le manque de confiance entre autorités et citoyens, un mal français qui a compliqué la gestion de la crise sanitaire

administrateur

Supprimer les brevets sur les vaccins est une «fausse bonne idée», juge Pannier-Runacher

administrateur

Le meuble se vend bien malgré la fermeture des magasins

administrateur

Ces profils peuvent moins emprunter malgré la hausse du taux d’endettement

administrateur

Les territoires ruraux face à la désertification médicale

administrateur

La 5G sera bien lancée cette année en France

administrateur