Image default
Finance

L’activité de Robinhood tirée par le trading de cryptos



Les résultats trimestriels publiés par la plateforme de trading préférée des boursicoteurs suscitent plus de questions qu’ils n’apportent de réponse. Quand Robinhood sera-t-il rentable ? Le groupe a-t-il raison de miser sur les cryptos ? Peut-il soutenir un tel rythme de croissance ? Son succès correspond-il à un effet de mode ?

L’étoile montante du courtage en ligne a vu ses revenus multipliés par 2,3 au deuxième trimestre par rapport à la même période l’année précédente. Ils sont passés de 244 millions à 565 millions de dollars en un an. Cette hausse est en grande partie liée au trading de cryptomonnaies, qui représente 41 % des revenus, soit 233 millions de dollars.

Mais Robinhood, introduite à la Bourse de New York le 28 juillet, a dans le même temps annoncé des pertes nettes de 502 millions de dollars pour les mois d’avril à juin. Une déception pour les investisseurs. Le titre a perdu plus de 10 % jeudi. Le troisième trimestre pourrait également se révéler difficile. La stratégie de la jeune société du Nasdaq ne convainc pas. Le jour de son IPO, le titre avait cédé 12 %, signe d’une certaine méfiance des marchés à l’égard de sa stratégie.

Volatilité

La plateforme a pourtant largement profité de la crise sanitaire. Créée en 2013, elle veut démocratiser l’accès au trading. Durant les différents confinements, nombre d’investisseurs novices se sont lancés dans le trading d’actions et de cryptoactifs via l’application.

A l’image des valeurs emblématiques de la plateforme, comme GameStop par exemple, Robinhood a été massivement soutenue par les boursicoteurs au mois d’août. La société a d’ailleurs été qualifiée de « meme stock ». Un exemple de la volatilité du titre ? Délaissé le premier jour de sa cotation, il a gagné 50 % le 4 août , sous l’impulsion des boursicoteurs. L’action avait atteint 70 dollars ; elle est depuis redescendue à 44 dollars.

Méfiance

La capitalisation de Robinhood (38,5 milliards de dollars, en hausse de 12 % depuis l’IPO) reste loin de celle des acteurs historiques du courtage comme Charles Schwab, valorisé 134 milliards de dollars en Bourse.

Robinhood a réalisé d’importants investissements sur les cryptomonnaies ces derniers mois. Une stratégie risquée. L’enthousiasme pour les cryptomonnaies est en effet réel, mais leur valeur est extrêmement fluctuante .

De plus, ses revenus dans l’activité cryptos sont largement portés – à hauteur de 62 % – par le Dogecoin, la monnaie digitale à tête de chien issue à l’origine d’une blague d’internautes . De quoi soulever quelques interrogations sur la pérennité du modèle du courtier.



Source link

Autres articles

Les assureurs estiment le coût des crues dans les Alpes-Maritimes à 210 millions d’euros

administrateur

Pétrole: la demande de plastique va soutenir la consommation dans la prochaine décennie

administrateur

Coinbase : tout savoir sur la cotation qui affole les compteurs à Wall Street

administrateur

Investisseurs et régulateurs unis pour plus de transparence extrafinancière

administrateur

Bercy dope son dispositif de protection des entreprises contre les impayés

administrateur

Pétrole : Vitol mis a l’amende pour corruption

administrateur