Image default
Finance

Le carbone franchit le cap des 75 euros



Publié le 25 nov. 2021 à 19:14

Depuis la fin de la COP26, le carbone semble regonflé à bloc. Depuis le 15 novembre, la tonne de CO2 a pris pas moins de 18,5 % sur le marché européen des quotas carbone. Son prix a plus que doublé depuis le début de l’année.

Parmi les principaux facteurs qui ont encouragé cette hausse, le marché semble avoir été encouragé par les résultats de la COP26, et notamment l’accord autour des marchés du carbone. La finalisation de l’Article 6 de l’Accord de Paris sur les crédits carbone a attiré l’oeil des investisseurs sur la thématique carbone en général et sur le marché européen des quotas en particulier. Les fonds d’investissement ont notamment augmenté leur participation, explique Sebastian Rilling, analyste spécialisé sur le carbone au cabinet ICIS. « La COP26 a contribué à donner un élan haussier », résume-t-il.

Pas de manipulation

Par ailleurs, si certains investisseurs avaient pu craindre que l’envolée des prix du carbone pousserait la Commission européenne à intervenir pour limiter la spéculation, ils auront été totalement rassurés par les conclusions du gendarme des marchés en fin de semaine dernière.

Alors qu’en pleine crise des prix de l’énergie, certains pays s’étaient inquiétés de l’envolée du carbone et avaient demandé à mettre fin à la spéculation sur le marché européen, l’ESMA a conclu qu’il n’y avait aucune manipulation de marché, ni même de spéculation excessive sur le système d’échange de quotas européen. Suite à la publication de ce rapport préliminaire, la tonne de carbone avait déjà frôlé les 70 euros.

Prix plancher

Enfin, mercredi, la nouvelle coalition allemande dirigée par Olaf Scholz a annoncé une sortie anticipée du charbon et demandé qu’un prix plancher du carbone à 60 euros soit fixé sur le marché européen. La mesure a peu de chance d’aboutir sur le marché européen dans son ensemble, mais Berlin se dit prêt à l’instaurer uniquement pour les quotas allemands.

Un prix plancher à 60 euros n’est pas d’une ambition folle si l’on considère que la tonne de carbone pourrait de toute manière franchir les 100 euros en 2030. « Mais cela peut limiter le risque de baisse », explique Sebastian Rilling. Dès mercredi soir, le carbone avait bondi de plus de 5 %, à plus de 73 euros.

Après un tel enchaînement de records, les analystes mettent en garde contre les risques de correction. Car si l’Allemagne entend utiliser davantage d’énergies renouvelables moins génératrices d’émissions, la demande de quotas pourrait bien finir par baisser.



Source link

Autres articles

Bercy veut faire de la pédagogie sur les prêts participatifs pour réduire la confusion

administrateur

Avec le Covid, Warren Buffett mise sur les labos pharmaceutiques

administrateur

Filatures de Credit Suisse : le superviseur suisse dénonce de « graves violations »

administrateur

BPCE, à l’offensive dans la banque de détail, vise plus de 25 milliards d’euros de revenus

administrateur

Ce que vont devenir les fonds de H2O

administrateur

Au Canada, Trudeau veut taxer les grandes banques et assurances

administrateur