Image default
Economie

Le centre spatial de Kourou accueille un immeuble en bois


Pour un peu, cette photo de chantier de l’immeuble Titan au Centre spatial guyanais (voir illustration principale) pourrait laisser croire que la fusée Ariane dispose désormais d’une rampe de lancement en bois… Pas de risque que cela arrive, en revanche cette construction montre que le bois peut s’adapter à bien des projets. Ce projet lancé dès 2016 au Centre national d’études spatiales visait à créer de nouveaux bâtiments techniques nécessaires au lancement des fusées européennes.

» LIRE AUSSI – Immobilier parisien: mais pourquoi le 9e est-il si cher?

Dès l’origine, il s’agit de prouver que cette construction est pertinente dans cet environnement technologique et, surtout que l’on peut le faire avec du bois local issu de la forêt guyanaise. Cet immeuble de 2000 m² en R+3 conçu par le cabinet JAG Architecture (pour un budget global de 6,4 millions d’euros) a notamment été rendu possible par l’implication l’ONF sur place, engagé dans un processus de gestion durable de la forêt guyanaise et l’intervention d’une société établie en Suisse et en France, le groupe CBS-Lifteam.

Vue du chantier. Crédit Photo : CBS Lifteam
Aperçu de la structure de l’immeuble. Crédit Photo : CBS Lifteam

Records de hauteur et de portée

Cette société qui vient de fêter ses 30 ans s’efforce de mettre en application le slogan de son fondateur, Jean-Luc Sandoz: «Plus d’ingénierie, moins de matière». Une expertise qui lui permet de cumuler des records de hauteur ou de portée pour ses constructions en bois, ou encore de contribuer à des réalisations complexes comme des piscines en bois ou une immense cité universitaire à Lausanne, à deux pas de l’école polytechnique fédérale de la ville (EPFL). Un juste retour des choses, puisque Jean-Luc Sandoz a été chercheur et enseignant dans cette école réputée avant de se consacrer totalement à son entreprise.

À Kourou, la spécificité de la construction a consisté à recourir à des bois feuillus, plutôt que les résineux utilisés plus couramment. Mais ils sont peu courants dans les forêts tropicales. Pour bâtir l’ossature et les planchers en bois massifs de l’immeuble, trois essences locales ont été retenues: l’angélique, le grignon et l’ébène verte. Le noyau du bâtiment où se trouve la cage d’ascenseur, a quant à lui été réalisé en béton, comme c’est souvent le cas. En l’absence de certification pour ces essences qui jusque-là n’étaient pas utilisées pour les structures de bâtiments, il a fallu caractériser la résistance mécanique de ces bois avec pas moins de 500 échantillons testés pour la résistance des planchers.

Vue d’artiste de l’immeuble de bureaux. Crédit Photo : CNES
Vue d’artiste de l’intérieur de l’immeuble. Crédit Photo : CNES
Vue en 3D de la structure bois de l’immeuble. Crédit Photo : CBS Lifteam

Au final, l’usage de 230 m3 de bois local a créé des contraintes fortes et quelques surcoûts mais il fait progresser la filière bois, apporte une réelle qualité et un confort d’usage et doit permettre de stocker 250 tonnes de CO2. Et ce chantier emblématique a permis de réaliser d’autres constructions bois en Guyane: notamment deux ponts de 12 et 45 mètres ou un ensemble de six logements destinés à des professeurs en milieu isolé.

Le chantier de Kourou a permis de déboucher sur d’autres réalisations en bois en Guyane, comme ce pont. Crédit Photo : CBS Lifteam
Autre réalisation guyanaise en bois: des logements destinés à des enseignants installés en milieu isolé. Crédit Photo : CBS Lifteam



Source link

Autres articles

Snapchat lance Spotlight, sa riposte à TikTok

administrateur

L’Union européenne interdit son espace aérien aux compagnies biélorusses

administrateur

Malgré la volonté de Trump, l’excédent commercial de la Chine avec les États-Unis s’est accentué en 2020

administrateur

un licenciement reste possible mais peu probable

administrateur

Pfizer s’attend à vendre pour 26 milliards de dollars de doses de vaccins anti-Covid en 2021

administrateur

La France veut relocaliser toute la chaîne de production du paracétamol d’ici trois ans

administrateur