Image default
Economie

le droit de veto de Xavier Niel suspendu par la justice


Le patron de Free affronte le groupe maritime marseillais CMA-CGM, dirigé par Rodolphe Saadé, pour reprendre les 89% de parts que détenait Bernard Tapie dans le quotidien marseillais. Xavier Niel dispose toujours d’un droit de préemption.

C’est une décision qui rebat les cartes du destin du journal La Provence. Ce mardi 11 janvier, le tribunal de commerce de Marseille a décidé de lever le droit d’agrément dont jouissait Xavier Niel, en tant qu’actionnaire à hauteur de 11% de la Provence, sur un éventuel repreneur du journal. Le tribunal avait été saisi le mois dernier par le liquidateur judiciaire du Groupe Bernard Tapie, afin de garantir la liberté du juge-commissaire sur le choix du repreneur du quotidien régional. Le patron de Free et actionnaire à titre personnel du Groupe Le Monde devrait faire appel de la décision auprès de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence qui pourrait statuer dans les trois mois, en s’appuyant sur l’article 4 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse.

S’il perd son droit d’agrément, Xavier Niel possède toujours un droit de préemption qui lui permettra de racheter les titres de La Provence au même prix que celui proposé par CMA CGM.

La décision du tribunal de Marseille rebat toutefois les cartes. En attendant une éventuelle décision d’appel, elle remet sur un pied d’égalité le patron de Free et actionnaire à titre personnel du Groupe Le Monde, avec les potentiels acteurs qui souhaiteraient reprendre les 89% de parts que détenait feu Bernard Tapie dans La Provence à travers ses sociétés. Ces dernières avaient été placées en liquidation judiciaire en avril 2020, après l’annulation de l’arbitrage dans l’affaire Crédit lyonnais-Adidas.

Cette décision sonne ainsi comme une première victoire pour le groupe maritime marseillais CMA-CGM, dirigé par Rodolphe Saadé, principal concurrent de Xavier Niel dans ce dossier. Le mois dernier, il avait également déposé une offre de reprise du journal. Le tribunal de Bobigny, en charge du dossier, prévoyait de décacheter les offres de reprise de Xavier Niel et de Rodolphe Saadé le 27 février prochain. Ce tribunal pourrait décider de maintenir la date du 27 février ou d’attendre la décision de la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

Selon deux récentes expertises, dont l’une commandée par l’administrateur judiciaire en charge du dossier, La Provence a été valorisée 40 millions d’euros.

Opération séduction

Depuis le dépôt de son offre de reprise, Rodolphe Saadé est parti en opération séduction auprès du personnel de la Provence et des grands acteurs économiques locaux de la région. L’homme d’affaires rencontre de nouveau ce mardi après-midi les organisations représentatives des salariés de La Provence, pour discuter de son projet de reprise.

Au-delà du prix de rachat, l’armateur promet un investissement de 35 millions d’euros, pour développer l’offre numérique du journal et construire sa propre imprimerie aux alentours de Marseille. Rodolphe Saadé garantit la conservation des 850 emplois de La Provence. Ces dernières semaines, CMA-CGM a reçu publiquement le soutien de nombreux acteurs locaux, comme le président de la chambre de commerce métropolitaine d’Aix-Marseille-Provence, celui de la chambre de commerce du Pays d’Arles, la présidente d’Aix-Marseille French Tech et celle de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) des Bouches-du-Rhône. Dans ce dossier, Rodolphe Saadé est conseillé par Me Lionel Spizzichino (Willkie Farr) et Stéphane Fouks, vice-président d’Havas. Il a également fait appel à Denis Olivennes, DG de Libération, pour bâtir une charte garantissant l’indépendance de la rédaction.

Une rencontre avec Anthony Maarek

Du côté de Xavier Niel , une rencontre est prévue le 14 janvier entre les représentants des salariés de La Provence et Anthony Maarek, directeur général de NJJ Presse, pour détailler le contenu de l’offre en termes d’investissement financier de Xavier Niel. Également actionnaire du Groupe Nice-Matin, l’homme d’affaires compte construire dans le Var une imprimerie commune à Nice-Matin et à La Provence, d’ici à 2024. Par ailleurs, Xavier Niel a accordé un prêt à La Provence, dans le cadre de son rachat à venir de 49 % des parts du journal Corse Matin, actuellement détenus par Corsica Maritama Holding (CMH).

Désormais, les représentants des salariés de La Provence souhaitent être associés au processus de décision de l’offre de reprise, et alertent sur le délai du calendrier. L’année dernière, les pertes de La Provence se sont élevées à 7 millions d’euros. Début 2021, pour rembourser ses dettes, le quotidien a vendu son siège marseillais pour 35 millions d’euros. La rédaction doit plier bagage avant 2023.



Source link

Autres articles

«3500 contrôles ont été réalisés dans les entreprises», affirme Borne

administrateur

les frais bancaires en recul en 2020 pour les publics fragiles

administrateur

une nouvelle prime à la conversion dès ce lundi

administrateur

La ministre du Logement et les HLM: faites ce que je dis, pas ce que je fais

administrateur

La ligne ferroviaire Bordeaux – Lyon en passe d’être relancée par une coopérative ferroviaire

administrateur

Alerte aux coupures d’électricité cet hiver

administrateur