Image default
Economie

Le Maire et Borne dénoncent les élus «irresponsables» qui rouvrent des petits commerces


Le gouvernement tente d’éteindre la polémique sur les petits commerces fermés durant le reconfinement. S’exprimant chacun sur un plateau ce dimanche, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, et le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, ont tous les deux dénoncé les maires prenant des arrêtés pour permettre la réouverture d’activités sur leur territoire. Ils ont également plaidé pour une poursuite du dialogue afin de trouver d’autres solutions tout en maintenant le confinement.

«J’entends le désarroi et la colère des petits commerçants, mais si on ouvre les commerces, il n’y a plus de confinement», a réagi Élisabeth Borne. Elle a par ailleurs jugé que l’attitude de ces maires n’était pas «responsable», dans le contexte actuel. «Il faut que chacun s’empare des outils qui existent, mais continuer à faire ses courses comme avant, comme si de rien n’était, ne sera pas possible dans l’immédiat», a-t-elle prévenu. Et d’ajouter que les maires incitant les commerçants à ne pas respecter les règles «ne vont évidemment pas dans le bon sens» : «plus le confinement sera efficace, plus on pourra rouvrir vite les commerces», a-t-elle jugé.

Agacé, son collègue de Bercy a également dénoncé le comportement d’une «poignée de maires irresponsables», qui, en pensant soutenir les commerçants, «menacent la santé des Français». «Quand on est maire, on a une responsabilité vis-à-vis des Français», a sanctionné le ministre. A contrario, les citoyens se distinguent par leur «force d’âme», a jugé le ministre : ils ne «perdent pas leur sang-froid», malgré les menaces économique, terroriste et sanitaire, et «j’aimerais que les élus fassent tous de même», a-t-il indiqué.

Le gouvernement espère rouvrir des commerces le 12 novembre

En outre, la situation pourrait évoluer dans les prochaines semaines. D’abord, «dans les heures qui viennent», des décisions pourraient être annoncées pour «rétablir l’équité» entre les commerces et les grandes surfaces. Ces dernières doivent respecter les «jauges» en limitant la fréquentation dans leurs locaux, et il doit «y avoir du comptage à l’entrée des grandes surfaces». Ensuite, l’exécutif pourrait exiger la fermeture des «rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité dans les grandes surfaces», afin que «tout le monde soit traité de la même façon». Jean Castex pourrait l’annoncer dimanche soir lors du 20h de TF1.

Pour aider les commerçants, qui peuvent toujours vendre des produits à emporter, le gouvernement a également décidé que «le chiffre d’affaires du retrait commande sera uniquement pour les commerçants» : autrement dit, «il ne rentrera pas dans le calcul du montant du fonds de solidarité» auquel les professionnels ont droit, a annoncé le ministre.

Sur le plus long terme, l’exécutif espère pouvoir compter sur un ralentissement de l’épidémie d’ici au 12 novembre, afin de profiter de ce premier point d’étape, quinze jours après l’instauration du reconfinement, pour «rouvrir un certain nombre de commerces si la situation sanitaire le permet».



Source link

Autres articles

Medef, maires, indépendants… Les appels pour le commerce se multiplient

administrateur

Plus de 340.000 créations d’emplois en France au troisième trimestre, en hausse de 1,8%

administrateur

Gérald Darmanin reconnaît que le marché était «peut-être trop gros» pour la société Adrexo

administrateur

Dopés par la crise sanitaire, les échecs en ligne font leur entrée en bourse

administrateur

Bercy tente d’éviter une crise diplomatique

administrateur

Quel placement immobilier selon votre âge ?

administrateur