Image default
Economie

le nombre de tests explose en France


Un nouveau record quotidien a été enregistré le 23 juillet, avec 834.000 tests validés en une journée, soit 20.000 de plus que le précédent pic, le 23 décembre 2020.

Haro sur les tests ! Ce jeudi, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a souligné, dans un communiqué, l’explosion récente du nombre de tests réalisés chaque semaine en France. Rattachée au ministère de la Santé, la direction a constaté une hausse de 50% en une semaine, soit depuis l’extension du passe sanitaire, le 21 juillet.

Entre le 19 et le 25 juillet, 3,6 millions de tests ont été validés, contre 2,39 millions la semaine passée. Une augmentation de plus de 1,2 million, «en lien avec le déploiement progressif du passe sanitaire», analyse la direction. Depuis, la courbe ne fait qu’augmenter, se rapprochant du record historique, établi à 3,89 millions de tests cumulés sur sept jours, le 3 avril dernier. Un nouveau record quotidien a même été enregistré le 23 juillet, avec 834.000 tests validés en une journée, soit 20.000 de plus que le précédent record, le 23 décembre 2020.

La hausse constatée depuis quelques jours est «tirée par les 26-40 ans», note la Drees : la hausse du nombre de tests validés atteint 75% en une semaine pour cette tranche d’âge, contre 50% pour les 16-25 ans et les 41-65 ans, également fortement demandeurs de tests. Au total, plus de 106 millions de tests ont été enregistrés depuis le 1er mars 2020, dont 24,4 millions de tests antigéniques et 84,1 millions de RT-PCR, plus précis. Une écrasante majorité des résultats sont rendus en moins de 24h, malgré l’explosion de la demande constatée depuis début juillet.

À VOIR AUSSI – En France, des médiateurs de lutte anti-Covid sensibilisent à la vaccination

Une forte croissance, coûteuse pour les finances publiques

Comme l’indique la Drees, la hausse s’explique en partie par l’entrée en vigueur du passe sanitaire, étendu aux lieux de loisirs et de culture : ce document validé doit désormais être présenté pour accéder aux musées, cinémas et salles de sport, un changement visant à inciter à la vaccination contre le Covid-19. Entre-temps, les individus ne souhaitant pas recevoir les injections ou attendant de compléter leur schéma vaccinal peuvent se faire tester : un résultat négatif datant de moins de 48h permet de valider son passe.

Les professionnels s’attendaient à cette forte croissance de la demande : le rebond de l’épidémie couplé à l’extension du passe sanitaire ainsi qu’aux vacances – certains voyageurs ayant besoin de se faire tester pour prendre un avion – provoque un afflux devant les laboratoires et pharmacies, constaté depuis quelques semaines. «Depuis un mois, la demande de tests augmente, portée par les gens qui voyagent, et qui ont besoin d’un PCR pour prendre l’avion», expliquait récemment le docteur Michel Sala, directeur médical de Cerballiance, au Figaro.

La hausse devrait se poursuivre dans les semaines à venir, les contaminations se multipliant. En outre, le ministère de la Santé a prévenu les laboratoires de se préparer à une fréquentation importante, lorsque le passe sera étendu à partir de l’entrée en vigueur de la loi, le 9 août.

Ce rebond de la demande a néanmoins un coût important pour les comptes publics. Interrogée, la DGS expliquait fin juin qu’un test antigénique revenait à «25 euros» à l’Assurance maladie, tandis qu’un RT-PCR coûtait «un peu moins de 50 euros». Le gouvernement a budgété jusqu’ici «un peu moins de 5 milliards» d’euros pour la campagne de test en 2021, un montant qui pourra cependant évoluer en fonction de la progression de l’épidémie. La hausse actuelle risque donc de mettre à mal le portefeuille de l’État, déjà fortement sollicité depuis le début de la crise sanitaire : la seule semaine du 19 au 25 aura ainsi coûté près de 133 millions d’euros à la collectivité.



Source link

Autres articles

Un pass sanitaire européen «disponible fin juin», selon Clément Beaune

administrateur

le marché du jardinage s’envole

administrateur

le reste à charge zéro dans les secteurs en difficulté prolongé jusqu’à mars

administrateur

l’alternative au Pinel qui attire le Groupe Immobilier Angelotti !

administrateur

«Ce délit d’écocide qui va causer tant de mal à l’économie française…»

administrateur

Seul un salarié sur six aimerait télétravailler tous les jours

administrateur