Image default
Finance

Le plus grand trader américain débarque à Paris en 2021



Publié le 21 déc. 2020 à 6:48

Hausse des volumes, volatilité… 2020 a été une année phare pour les grandes firmes de trading américaines, hormis quelques accidents . Parmi elles, Citadel Securities, propriété de Ken Griffin, le fondateur du hedge fund Citadel vient de fêter ses 30 ans. Cette année, son fonds multistratégies fait la course en tête avec un gain de 21,2 % sur les 11 premiers mois de 2020.

Distincte du hedge fund de 35 milliards de dollars, Citadel Securities, leader sur le trading d’actions aux Etats-Unis, veut accroître sa présence mondiale au-delà du très compétitif marché américain. Déjà présente à Londres, elle va accélérer sur les marchés obligataires en Asie (Chine, Japon…) et prendre pied en Europe Continentale l’année prochaine après obtention des feux verts réglementaires.

France, pays de taux

La firme de trading a choisi Paris. La France est un pays où la gestion de taux est très développée. L’écosystème y est extrêmement riche, tant du côté des gérants que des investisseurs obligataires. « C’est un centre logique pour les activités obligataires. Nous allons recruter dans un premier temps des vendeurs. Avoir une présence à Paris va nous permettre d’augmenter notre clientèle européenne. Nous allons continuer à cibler les grandes sociétés de gestion et banques centrales qui sont des investisseurs importants sur les titres du Trésor américain (NDLR : dette publique américaine) », explique Paul Hamill responsable de la distribution sur les produits de taux d’intérêt chez Citadel Securities.

La firme envisage de se lancer dans la « tenue de marché » sur les obligations en Europe. Elle offre de la liquidité en achetant ou vendant les instruments que veulent acheter ou céder les investisseurs. Elle ne spécule pas pour son propre compte en pariant sur la direction des taux. « Nous voulons nous développer en Europe sur les instruments en dollars mais aussi sur le marché des contrats d’échange en euros (swaps en euros) », souligne Paul Hamill.

Technologie et liquidité

Lancée en 2002 à Chicago , la firme de trading va aussi renforcer sa diversification de produits obligataires aux Etats-Unis. « Nous allons étendre notre offre aux obligations indexées sur l’inflation et obligations démembrées (NDLR : obligations scindées en plusieurs titres). 2020 a été une très bonne année pour nous en termes de gain de part de marché et de volumes. Nous ambitionnons d’être dans le top 3 sur les « US Treasuries » », affirme Paul Hamill.

Citadel Securities ne se considère pas comme une firme de trading haute fréquence (automates de trading ultrarapides ) traditionnelle. Sur les obligations, une vitesse très élevée « n’est pas le facteur décisif de succès, c’est la résilience et robustesse de notre technologie et de notre système de cotations ». Cette année, « nous avons fourni de la liquidité à nos clients même pendant les périodes de stress important sur les marchés en mars ». La firme compte 1.400 clients institutionnels pour ses activités obligataires et a bien l’intention d’étoffer encore sa clientèle.



Source link

Autres articles

Le Venezuela attaque en justice la Banque d’Angleterre pour récupérer son or

administrateur

Des épargnants assignent H2O AM en justice dans l’affaire des fonds illiquides

administrateur

Bercy envisage d’annuler une partie de la dette des entreprises

administrateur

Le marché des professionnels a pénalisé l’assurance française en 2020

administrateur

Commerzbank se dote d’un nouveau patron

administrateur

Banques en difficulté : le dispositif européen prêt à reprendre du service

administrateur