Image default
Finance

Le premier actionnaire de BlackRock se désengage



C’est la fin d’une époque chez BlackRock. Le numéro un mondial de la gestion d’actifs a annoncé que son principal actionnaire, PNC Financial, vendait ses parts. La banque régionale basée à Philadelphie, neuvième établissement bancaire américain en termes d’actifs, détenait 22,4 % du capital de BlackRock. L’investissement était valorisé 17 milliards de dollars selon le cours de Bourse de BlackRock, lundi à la clôture de Wall Street. 

Les actions ont été remises sur le marché secondaire. BlackRock va profiter de l’opération pour racheter une partie de ses propres actions, pour un total de 1,1 milliard de dollars. Si la vente se déroule comme prévu, PNC Financial se désinvestira complètement du gestionnaire d’actifs, à l’exception de 500.000 actions que la banque prévoit de donner à sa fondation, la PNC Foundation, dans les prochaines semaines. 

Grandes manoeuvres ?

« Nous pensons que c’est le bon moment, nous réalisons un retour sur investissement substantiel, nous améliorons de manière significative notre bilan et nos liquidités, qui étaient déjà solides, et PNC demeure très bien positionné pour tirer parti des opportunités d’investissement potentielles. L’histoire a montré que celles-ci peuvent se présenter sur des marchés perturbés », a souligné le PDG de PNC Financial, William Demchak. 

Celui-ci souhaiterait en profiter pour se lancer dans des acquisitions stratégiques et bon marché. Lors de la dernière crise financière, PNC avait profité des difficultés financières de National City Corp pour racheter ce concurrent régional, pour environ 5 milliards de dollars. Le désengagement de PNC dans BlackRock devrait aussi permettre aux deux groupes de desserrer la surveillance des autorités de régulation, en particulier PNC, pour qui il s’agissait d’un poids. 

Un retour sur investissement record

PNC Financial avait investi dans BlackRock en 1995, pour un montant de 240 millions de dollars. L’opération avait sorti BlackRock de l’orbite de Blackstone, dont le patron Steve Schwarzman a ensuite reconnu qu’il s’agissait là d’une « erreur héroïque. » A l’époque, BlackRock n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. La valeur de la participation de PNC a explosé en même temps que BlackRock étendait son emprise. 

Aujourd’hui, le géant affiche 6.470 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Et encore, la crise a fait chuter leur valeur : ils atteignaient 7.430 milliards de dollars fin décembre. Preuve de son rôle incontournable sur les marchés, la Fed l’a chargé de gérer plusieurs programmes d’achats d’actifs , notamment sur les obligations d’entreprises, depuis le début de la crise liée au coronavirus.



Source link

Autres articles

Dividendes: les banques suspendues à la décision de la Banque centrale européenne

administrateur

Warren Buffett encourage les investisseurs à miser sur l’Amérique

administrateur

BNP Paribas porté par sa banque d’investissement au troisième trimestre

administrateur

Bercy cherche à éviter que les entreprises soient trop endettées en sortie de crise

administrateur

Le Lloyd’s de Londres revoit à la hausse la facture de la pandémie

administrateur

Ce que vont devenir les fonds de H2O

administrateur