Image default
Finance

Le réassureur public CCR étudie une ouverture du capital de sa filiale commerciale



Publié le 12 janv. 2022 à 19:06Mis à jour le 12 janv. 2022 à 19:23

Grandes manoeuvres en vue dans la réassurance française. Après une année 2021 marquée par l’acquisition du réassureur PartnerRe par l’assureur mutualiste français Covéa , la Caisse centrale de réassurance pourrait faire de nouveau bouger les lignes dans le secteur.

Le réassureur public français étudie en effet une ouverture du capital de sa filiale CCR Re, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon nos informations, le groupe a lancé un processus de sélection de banques d’affaires en fin de semaine dernière pour mieux cerner ses options et mettre en place, le cas échéant, un processus d’enchères.

Acteur de petite taille sur un marché mondial de l’assurance des assureurs dominé par des géants comme Munich Re et Swiss Re, CCR Re intervient sur les branches traditionnelles que sont les dommages aux biens et la responsabilité civile, la vie et la santé, mais aussi sur certains segments spécifiques (crédit, marine, aviation, spatial, agriculture).

Croissance organique

« Cette filiale connaît une croissance organique très forte, ce qui sous-tend un soutien capitalistique et n’est pas dans les priorités de l’Etat aujourd’hui », indique un proche du dossier. La filiale pourrait être valorisée plus de 600 millions d’euros d’après de premières estimations.

« La CCR mène des travaux de réflexions internes sur les modalités de renforcement de sa seule filiale de marché, CCR Re. Ce ne sont que des travaux de réflexion et il n’y a donc pas de décision du ministère sur le sujet », indique-t-on à Bercy.

Pour l’heure, le schéma n’est pas arrêté. Ainsi, le processus ne conduira pas forcément à une privatisation pleine et entière. « Ce pourra être un format minoritaire, majoritaire ou ne pas se faire même, selon les offres. Le groupe a déjà procédé à des émissions obligataires pour assurer ses besoins », indique une source.

Naissance en 2016

L’idée d’ouvrir le capital ne date pas d’hier et s’explique par la position particulière de CCR Re. L’entité est née en 2016 quand son actionnaire avait souhaité séparer ses activités de réassurance menées en concurrence avec les acteurs privés des opérations liées au régime d’indemnisation des catastrophes naturelles. Celles-ci bénéficient d’une garantie de l’Etat.

Depuis, le groupe mise sur le développement de sa filiale de réassurance traditionnelle. Encore l’été dernier, dans le cadre de son dernier plan stratégique, CCR a dit vouloir « conforter » le positionnement de CCR Re sur le marché international.

En 2020, la filiale s’était fixée pour ambition de faire croître son chiffre d’affaires de près de 30 % en deux ans, pour le porter à 832 millions d’euros en 2022. Un objectif qu’elle a sans doute déjà atteint l’an dernier. Rien qu’au premier semestre 2021, CCR Re a enregistré 665 millions de primes brutes émises, soit une croissance du portefeuille souscrit de 14 %.

Bonne notation

D’ici à 2022, la filiale compte dégager un résultat net de 42 millions d’euros contre 18 millions d’euros engrangés l’année du début de la crise sanitaire, peut-on lire dans les documents publiés par la société. La trajectoire positive de CCR Re a poussé l’agence de notation S & P à relever sa notation de crédit en 2020 à « A » et à la maintenir depuis.

« Même s’ils n’ont pas forcément les mêmes niveaux d’expertise que leurs concurrents, le fait qu’ils aient une très bonne notation de crédit les aide [à se développer] », note un bon connaisseur du secteur. La volonté de conserver cette notation, liée à la dimension publique de CCR, pourrait d’ailleurs plaider pour une ouverture seulement limitée du capital, poursuit cet observateur.

Reste à savoir quels acteurs pourraient être intéressés par cet actif. Le spectre des prétendants ne sera pas restreint à des acteurs enracinés en France ou des acteurs de la réassurance, avancent plusieurs sources.



Source link

Autres articles

Créances douteuses : les spécialistes du recouvrement aux aguets

administrateur

Goldman Sachs a doublé ses profits au quatrième trimestre

administrateur

Pékin s’attaque aux cotations de groupes chinois à New York

administrateur

Paiement : Lydia se lance dans le « crédit conso » avec Younited

administrateur

Les prix des denrées alimentaires au plus haut depuis dix ans

administrateur

Europcar obtient un prêt garanti par l’Etat de 220 millions d’euros

administrateur