Image default
Economie

le télétravail pourrait être mobilisé selon Véran, mais «nous n’y sommes pas encore»


Face à la cinquième vague de coronavirus, le ministre de la Santé, comme le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, voient le télétravail comme un recours possible.

Les salariés doivent-ils se préparer à basculer à nouveau «en distanciel» ? Les chiffres de l’épidémie de coronavirus, avec une hausse de 38% des cas positifs observés en France cette semaine par rapport à la précédente, poussent en tout cas le gouvernement à garder toutes les cartes en main. «Nous avons probablement la capacité de faire face à cette cinquième vague, à condition que nous utilisions tous les outils», a tenu à rassurer Jean-François Delfraissy. Le président du Conseil scientifique a souligné, au micro de France Inter ce mercredi, l’importance de «vacciner ceux qui ne le sont pas, de la troisième dose, des gestes barrières et de l’application du passe sanitaire».

Jean-François Delfraissy pense également là au retour du télétravail renforcé pour les salariés qui le peuvent. «C’est une décision politique», estime-t-il. «C’est une décision qui relève du dialogue entre l’État et les entreprises, mais on pourrait optimiser l’utilisation du télétravail dans cette phase pour faire face à la cinquième vague».

À VOIR AUSSI – Covid-19 : «La cinquième vague est là», confirme le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy

Un confinement «disproportionné»

L’option télétravail avait été jugée «pas d’actualité» par Élisabeth Borne début novembre. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a pour sa part été mesuré, indiquant en sortie du conseil des ministres ce mercredi qu’il «n’exclut rien par principe. Il n’est pas prévu de prendre mesures supplémentaires. Les outils dont nous disposons, passe sanitaire, vaccination, ça nous permet d’être confiants». Si aucune mesure ferme n’est en effet arrêtée à ce stade, le retour au télétravail n’est plus totalement mis de côté par le gouvernement. Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, interrogé ce mardi 16 novembre, il est un outil «auquel nous avons eu recours quand il a fallu» et qui «fait partie des mesures que nous pourrions mobiliser», a-t-il indiqué au journal 20 Minutes.

L’exécutif avait levé, le 1er septembre dernier, toute obligation de travailler un nombre donné de jours par semaine depuis son domicile. La main avait ainsi été laissée aux entreprises, entraînant une chute du nombre de journées de télétravail des salariés. Selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), le taux de télétravail s’est ainsi «stabilisé à un niveau bas» en septembre. Durant ce mois de rentrée, 21% des salariés ont été au moins un jour en télétravail. Le nouveau protocole sanitaire a vu la proportion d’entreprises qui imposent au moins une journée de télétravail par semaine chuter: 10% des salariés étaient concernés, contre 19% fin août.

Plusieurs voisins européens ont d’ores et déjà décidé de renforcer leurs mesures de lutte contre l’épidémie face à l’évolution des chiffres de circulation du virus. En Allemagne, où l’on compte plus de 40.000 cas positifs chaque jour, le gouvernement planche sur un projet de loi pour faire rebasculer massivement les salariés en télétravail. Ce texte devrait être présenté au Bundestag, la chambre basse du parlement, ce jeudi. En Autriche, le gouvernement a décidé pour sa part de reconfiner les non-vaccinés.


À VOIR AUSSI – Dr Gilbert Deray livre les causes de la nouvelle flambée du Covid-19





Source link

Autres articles

Le gouvernement va mettre en place une aide pour les travailleurs précaires

administrateur

Total renforce son plan d’économies face à la chute des bénéfices

administrateur

un projet de loi arrive au Sénat

administrateur

«Déconnexion des chauffeurs» : le bannissement façon Uber

administrateur

le «score de productivité» accusé d’encourager la surveillance des employés

administrateur

Marine Le Pen veut réserver les HLM en priorité aux Français

administrateur