Image default
Economie

les conditions ne sont «toujours pas réunies», déclare Jean Castex


À l’issue du séminaire de rentrée du gouvernement, le premier ministre a par ailleurs jugé que la réforme de l’assurance chômage était «absolument indispensable».

Les conditions pour relancer la réforme des retraites – pandémie sous contrôle et reprise économique solide – ne sont «à ce jour toujours pas réunies», a déclaré le premier ministre Jean Castex mercredi à l’issue d’un séminaire gouvernemental de rentrée. Même si cette réforme «est une nécessité» pour rétablir l’équilibre du système, «nous avons l’impérieux devoir de favoriser au maximum l’unité du pays», a-t-il ajouté, en allusion à l’opposition des syndicats et aux réticences sur cette réforme jusque dans les rangs de la majorité, à quelques mois de la présidentielle 2022.

Assurance chômage, une réforme «absolument indispensable»

La réforme de l’assurance chômage, qui a été suspendue en raison de la crise du Covid-19, est «absolument indispensable», a également déclaré Jean Castex, en indiquant qu’elle serait progressivement appliquée «entre le 1er octobre et le 1er décembre». Le premier ministre a présenté cette réforme comme l’une des réponses «aux difficultés de recrutement», en visant «à remettre de l’ordre dans un régime fondamentalement utile mais dont les règles avaient progressivement dérivé». «J’ai également, face aux craintes exprimées par les syndicats et que vous connaissez, indiqué que nous mettrions en place un dispositif de suivi et d’évaluation», a indiqué le premier ministre.

L’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage a été plusieurs fois reportée en raison de la crise. Les nouvelles règles de calcul du montant de l’allocation-chômage devaient entrer en vigueur au 1er juillet, mais le Conseil d’État les a suspendues, arguant des «incertitudes sur la situation économique».

Le gouvernement compte soumettre un nouveau décret au Conseil d’Etat dans les prochaines semaines. Il met en avant l’amélioration de la situation économique dans l’exposé des motifs, pour permettre l’entrée en vigueur au 1er octobre du nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR, base de l’allocation), très contesté par les syndicats.

Salaires : des négociations dans davantage de branches

Le premier ministre a par ailleurs affirmé ce mercredi demandé aux partenaires sociaux l’ouverture de négociations, notamment sur les salaires et les conditions de travail, dans de nouvelles branches, dont l’hôtellerie-restauration et les industries agro-alimentaires.

«À l’occasion de mes échanges avec les syndicats et les organisations patronales, la semaine dernière, j’ai demandé l’ouverture de négociations dans d’autres branches, en particulier l’hôtellerie-cafés-restauration qui, vous le savez, est confronté à des problèmes de recrutement, ou encore les industries agro-alimentaires», a déclaré Jean Castex.

Des «mesures nouvelles» à venir pour «renforcer» la branche autonomie de la Sécu

Le gouvernement compte proposer «des mesures nouvelles» pour «renforcer» la branche autonomie de la Sécurité sociale, a indiqué Jean Castex mercredi, sans toutefois se prononcer sur une loi concernant la dépendance, pourtant promise par Emmanuel Macron. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), qui sera présenté en Conseil des ministres le 6 octobre, portera notamment «des mesures nouvelles en vue de renforcer la 5e branche de la Sécurité sociale», a indiqué le Premier ministre à l’issue du Conseil des ministres et du dernier séminaire gouvernemental du quinquennat. Il n’a pas donné de précisions sur le type de mesures qui seront présentées.

La 5e branche de la Sécurité sociale, dite «autonomie», a vu le jour le 1er janvier 2021, pour tenter de faire face à la hausse des dépenses liée à l’augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes.



Source link

Autres articles

Grâce au Ségur, une infirmière expérimentée gagne 3398 euros nets par mois

administrateur

Près de Dunkerque, le projet d’implantation d’une usine de frites dérange

administrateur

La croissance française devrait fortement rebondir au troisième trimestre

administrateur

Le bonheur immobilier est-il à tous les étages ?

administrateur

Un nouveau coup dur pour les hypermarchés, déjà affaiblis

administrateur

des recours juridiques contre AstraZeneca sont possibles, menace le gouvernement

administrateur