Image default
Economie

les Français réservent à la montagne mais attendent encore pour l’étranger


À la montagne, elles flirtent avec leur niveau d’avant crise alors que le «last minute» prévaut pour les séjours à l’étranger.

Les Français se pressent-ils pour réserver leurs vacances de Noël ? Sont-ils même prêts à partir, à l’heure où de nouvelles mesures restrictives se multiplient ? La réalité est évidemment multiple, entre les touristes qui sillonnent la France et ceux qui s’évadent à l’étranger.

Le groupe Pierre & Vacances Center Parcs avance quelques pistes : «A date, le taux d’occupation aux sports d’hiver est le même qu’en novembre 2019. Pour le mois de décembre, les signaux sont plutôt positifs, sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire». Coté en Bourse, le leader européen du tourisme de proximité ne peut dévoiler plus d’informations avant la publication de ses résultats annuels 2020-2021 en décembre. Il précise cependant que les domaines skiables des Portes du Soleil, de la Plagne et des Trois-Vallées font la course en tête pour les vacances de Noël.

L’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) avance de son côté ce premier constat : le taux d’occupation prévisionnel du 18 décembre au 1er janvier est de 61%, en recul limité de 6 points par rapport à la même période il y a deux ans. Elle affinera ses estimations dans une quinzaine de jours. «Les privations l’année passée engendrent un afflux de réservations à la montagne. Aussi bien pour Noël que les vacances de février, elles se font plus tôt que d’ordinaire», souligne son président Jean-Luc Boch.

«Last minute» à l’étranger

Si la montagne semble bien partie, le bilan est plus mitigé pour les Français qui partent à l’étranger : «Ils s’y prennent beaucoup plus tard par peur de ne pouvoir voyager librement vers la destination choisie. Habituellement, ils s’en occupent au retour des congés estivaux alors qu’ils ont attendu octobre et même novembre cette année», commente le président des Entreprises du voyage Jean-Pierre Mas. Selon lui, les professionnels du tourisme sont assez sereins pour les vacances, à l’exception de certaines destinations. «Les Français annulent leur voyage aux Antilles et l’incertitude règne au Maroc», précise-t-il.

Pour les autres destinations, la visibilité est suffisante pour distinguer les destinations prisées au soleil par les Français : les Canaries, la République dominicaine, les Émirats arabes unis et l’île Maurice. Jean-Pierre Mas ne doute pas pour autant du rattrapage au mois de décembre : «Au ski et à l’étranger, on va revenir à des niveaux de fréquentation équivalents à ceux de 2019».

Ces réservations de dernière minute, le Club Med y fait face depuis plusieurs mois. «Sur l’été 2021, le poids des ventes de dernière minute (inférieures à 60 jours) a doublé en comparaison à 2019 pour atteindre 41%», estime Thierry Orsoni, porte-parole du groupe. «Au global, les fêtes de fin d’année enregistrent une forte croissance depuis les quatre dernières semaines avec un chiffre d’affaires en hausse de 66% par rapport à 2019».

Les professionnels du tourisme veulent se montrer mobilisés pour la sérénité des voyageurs. «Si le client ne veut plus partir, la quasi-totalité des compagnies aériennes françaises s’engage à rembourser», affirme le président des Entreprises du voyage. Même son de cloche pour le Club Med, qui propose de modifier son séjour sans frais jusqu’au jour J en cas d’imprévu lié au Covid.



Source link

Autres articles

La SNCF attend le «go sanitaire» pour les voyages des fêtes de fin d’année

administrateur

tout comprendre au dispositif européen de contrôle des exportations de vaccins

administrateur

Inquiets d’un possible reconfinement, les Français se ruent chez le coiffeur

administrateur

Des Playstation 5 ont-elles été volées par des livreurs ?

administrateur

Acheter un appartement à Paris coûte près de 550.000 euros en moyenne

administrateur

L’OCDE plaide pour une nouvelle réforme des retraites

administrateur