Image default
Finance

Les hedge funds spéculent sur la remontée des taux et de l’inflation



Le bras de fer entre les fonds alternatifs et la Réserve fédérale augmente en intensité. Les premiers spéculent massivement sur la hausse des taux alors que la seconde veut éviter que ces tensions, qu’elle juge prématurées et excessives, entravent la reprise de l’activité et baisse du chômage.

Les hedge funds global macro (qui investissent sur tous les grands marchés) ont été les premiers à parier sur la remontée des taux d’intérêt américains. Ils n’ont pas vraiment pris leurs bénéfices, le signe qu’ils s’attendent à une poursuite de la hausse, notamment des taux à 2 et 5 ans.

Leurs paris spéculatifs sur la hausse des taux sont les plus forts depuis plus de quatre ans. Les fonds quantitatifs dits « CTA » qui s’efforcent de capter les tendances sur tous les marchés à terme (obligations, matières premières…), sont eux aussi vendeurs d’obligations d’Etat américaines mais aussi japonaises, britanniques et allemandes. Pour les investisseurs dans les fonds alternatifs, « les CTA représentent un bon moyen de bénéficier de la hausse des anticipations d’inflation et/ou des rendements obligataires réels en raison de leur exposition aux devises et aux matières premières », indique la société de gestion Lyxor.

Les institutionnels suivent les hedge funds

Les institutionnels (fonds de pensions, fonds souverains, banques centrales…) ont aussi contribué à la hausse des taux Outre-atlantique, depuis février. « Ils vendent des obligations d’Etat à faible risque et pour prendre davantage de risques de crédit et profiter d’une amélioration des perspectives de reprise économique mondiale. Ils ont emboîté le pas aux fonds spéculatifs en pariant sur une remontée des taux et de l’inflation », estime la banque Nomura. En 2020, les investisseurs étrangers avaient vendu pour 540 milliards de dollars d’obligations d’Etat américaines. Leurs ventes ont été particulièrement fortes en décembre du fait des investisseurs français (26,7 milliards de dollars de cession).

Seuil de tolérance

Le seuil de tolérance de la Réserve fédérale à la hausse des taux d’intérêt est aujourd’hui autour de 1,50 % à 1,60 %, d’après la banque Standard Chartered. Elle devrait rappeler aux fonds spéculatifs qu’un resserrement monétaire n’est pas du tout envisageable aux Etats-Unis avant longtemps et que la remontée de l’inflation est liée à des phénomènes transitoires (matières premières…). En 2013, lors de la remontée des taux d’intérêt, les grands hedge funds, de Soros à Tudor Jones , avaient fait pression sur la Réserve fédérale pour qu’elle mette fin rapidement et définitivement à sa politique de liquidités bon marché.

Renaissance s’enfonce et Melvin redresse la barre

Après une année noire, 2021 ne montre pas de signes d’amélioration pour Renaissance, le plus grand hedge fund quantitatif. Son fonds investi en actions perd 7,9 % sur les deux premiers mois de l’année et son fonds diversifié 5,9 %. La situation s’éclaircit en revanche pour Melvin capital, le hedge fund au coeur de l’affaire GameStop, visé par les boursicoteurs de Reddit. Il a enregistré un rendement de près de 22 % en février selon la chaîne CNBC. Il avait plongé de 53 % le mois précédent.



Source link

Autres articles

Visa s’offre la fintech suédoise Tink pour 1,8 milliard d’euros

administrateur

BlackRock au coeur d’un échange musclé au Sénat américain

administrateur

La France, championne européenne des prêts garantis par l’Etat

administrateur

Eurazeo bascule dans le rouge au premier semestre

administrateur

L’Europe boursière tire son épingle du jeu

administrateur

Les réseaux d’agences soutiennent les résultats de BPCE

administrateur