Image default
Economie

les marchés redoutent une contestation des résultats


C’est le scénario le plus redouté qui semble se produire aux États-Unis. Ce mercredi matin, aucun vainqueur des élections présidentielles américaines ne se distingue clairement. Donald Trump et Joe Biden sont au coude-à-coude. Une situation que ne prédisaient pas les sondages et qui laisse imaginer une suite judiciaire incertaine, Donald Trump ayant affirmé son intention de saisir la Cour Suprême. «C’est la crainte à court terme: une contestation des résultats. C’est le pire pour le marché et l’économie américaine», affirme Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marché chez IG France.

Ce matin, la nervosité était palpable sur les marchés boursiers. La Bourse de Tokyo a fini la séance en hausse mais a perdu du terrain dans les derniers échanges. Les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge. Et aux États-Unis, «le taux à dix ans part un peu à la baisse, c’est le facteur négatif de ce matin. Cela veut dire qu’il y a une inquiétude sur l’économie. S’il se replie, c’est surtout que le marché s’inquiète pour le plan de relance qui sera moins fort ou plus long à venir», explique l’économiste d’IG France. La contestation des résultats pourrait en effet entraîner un blocage des procédures politiques et donc un décalage dans l’application d’un nouveau plan de relance, à un moment où les choses doivent aller vite. «Tous les jours perdus seront dommageables», explique Alexandre Baradez.

Au troisième trimestre, les États-Unis ont affiché un rebond du PIB de 33,1% après une chute d’une ampleur quasi similaire au deuxième trimestre. Mais la situation économique reste fragile dans le pays le plus durement touché par la pandémie de Covid 19. Après les quelque 3000 milliards de dollars mobilisés au printemps, un nouveau plan de soutien à l’économie est attendu. «On a eu un déluge d’aides gouvernementales avec un soutien aux consommateurs. Mais maintenant ces aides arrivent à leur fin. Il faut une prolongation», assure Thomas Costerg, économiste Senior US chez Pictet Wealth Management. Or la crise politique que pourrait traverser le pays dans les prochaines semaines risque de ralentir le processus.

Paralysie des institutions politiques

Quel que soit le vainqueur, les observateurs redoutent à moyen terme une paralysie des institutions politiques. «Avec une victoire de Donald Trump, on finirait avec une séquence comme ce qu’on a vu ces dernières années avec une Chambre des représentants démocrate. Il n’aura pas du tout les mains libres pour appliquer ses mesures», estime Thomas Costerg. Même problème pour Joe Biden : «il fallait une vague bleue au Sénat, mais clairement on ne l’a pas. Donc son programme aura du mal à être appliqué», ajoute ce dernier. «Les marchés auraient préféré cette vague bleue pour que le congrès ait les mains libres pour valider le plan de relance», déplore Alexandre Baradez.

Cette crise politique est d’autant plus redoutée qu’elle intervient dans un contexte de recrudescence de l’épidémie de Covid, comme en Europe. Une crise sanitaire sur laquelle les deux candidats n’ont pas la même vision. «Trump pense que la crise est temporaire et que tout va redevenir comme avant», décrypte Thomas Costerg. «Donald Trump pourrait choisir de laisser la situation en l’état avec une économie non confinée et plus de morts, ce qui suppose une croissance au quatrième trimestre. Mais Biden sera plus strict et on peut imaginer un reconfinement qui aura un impact sur l’économie. L’enjeu sanitaire est le véritable enjeu dans les mois qui viennent. Or à ce stade, il n’y a aucune visibilité», conclut Alexandre Baradez.



Source link

Autres articles

150.000 caméras de surveillance piratées

administrateur

Air France taille dans ses effectifs et son réseau court-courrier

administrateur

le gouvernement va activer le régime de calamité agricole

administrateur

attention aux diffuseurs d’huiles essentielles, explique l’Anses

administrateur

«Cette édition numérique est une opportunité de réinventer le CES»

administrateur

l’OMI se penche sur de nouvelles règles environnementales

administrateur