Image default
Finance

L’Italie offre jusque 150 euros aux utilisateurs de cartes bancaires



Publié le 7 déc. 2020 à 12:56Mis à jour le 7 déc. 2020 à 12:59

Comment à la fois soutenir le petit commerce et lutter contre l’évasion fiscale ? La réponse du gouvernement italien est l’instauration d’un « cashback » pour inciter les paiements par carte. A partir de ce mardi, les Italiens pourront percevoir un remboursement de 10% des dépenses totales effectuées ce mois-ci par carte bancaire ou applications, avec un maximum de 150 euros. Au moins 10 dépenses seront nécessaires, toutes réalisées en décembre dans un commerce physique. Les achats en ligne seront évidemment exclus.

Cette initiative sera prolongée au-delà de la période des fêtes au moins jusqu’au 30 juin 2022. A partir de janvier 2021, les remboursements auront lieu tous les six mois avec un maximum de 300 euros accrédités directement sur le compte courant du consommateur.

Succès de l’application

Pour en bénéficier, il faut télécharger l’application IO gérée par la plateforme numérique des services publics PagoPa ou recourir aux opérateurs de paiements numériques conventionnés tels que Satispay, Yap ou encore Nexi Pay. Le cashback a déjà séduit 6 millions d’italiens qui ont téléchargé l’application IO en quelques jours tandis que celle de traçage du Covid-19 n’a franchi ce seuil qu’après cinq mois.

Un véritable paradoxe dans un pays où le paiement par argent liquide est encore roi . D’après la banque centrale Bankitalia, il représente en 2019 encore 86% des transactions. Selon l’Observatoire des paiements numériques de l’école Polytechnique de Milan, chaque italien utilise sa carte de crédit en moyenne 50,7 fois par an, contre une moyenne européenne de 117,8 fois.

Et pourtant l’Italie s’apprête à donner naissance l’an prochain à un géant européen du paiement électronique . Nexi et Sia, spécialistes du secteur détenant déjà 70 % du marché de la péninsule, ont annoncé leur union en octobre. Le futur groupe, valorisé 15 milliards d’euros, affiche des ambitions européennes et concurrencera le français Worldline.

Loterie sur les reçus fiscaux

Le développement de la monnaie électronique est une des priorités du gouvernement italien dans sa lutte contre l’évasion fiscale. Le 1er janvier, il lancera une loterie sur les reçus fiscaux . Comme à Malte ou au Portugal, il suffira de fournir aux commerçants son numéro d’identité fiscale, pour qu’ils le fassent figurer sur les tickets de caisse, qui deviennent alors des billets de tombola.

L’évasion fiscale représente environ 150 milliards d’euros par an. Quant à la fraude à la TVA elle représenterait une perte annuelle de près de 35 milliards d’euros pour l’Etat. La pandémie de Covid-19 pourrait être une occasion d’inciter les Italiens à renoncer à l’usage de l’argent liquide. D’après les estimations du Boston Consulting Group, il a déjà baissé de 30% cette année.



Source link

Autres articles

Crédit immobilier : les taux continuent de tutoyer les plus bas jamais enregistrés

administrateur

Ces ETF qui ne connaissent pas la crise

administrateur

Montée en puissance des fonds durables : gare à l’effet boomerang !

administrateur

Bercy dénonce les frais « excessifs » des plans d’épargne retraite et mise sur la transparence

administrateur

La Banque centrale européenne maintient le statu quo

administrateur

Terminaux de paiement : bataille de prix entre acteurs historiques et fintech

administrateur