Image default
Economie

Malgré la volonté de Trump, l’excédent commercial de la Chine avec les États-Unis s’est accentué en 2020


Pékin a profité de la pandémie pour accroître ses exportations vers les États-Unis. Un an après la signature de la trêve dans leur guerre commerciale, les deux pays ne s’orientent toujours pas vers un rééquilibrage.

Il y a un an, Chine et États-Unis signaient un accord qui instaurait une trêve dans leur guerre commerciale. La Chine devait acheter davantage de produits américains, en échange de quoi l’administration Trump s’engageait à surseoir à toute nouvelle hausse de droits de douane. Mais un an plus tard, les échanges entre les deux pays ne se rapprochent toujours pas de l’équilibre rêvé par Donald Trump. Pire, la dépendance américaine aux produits chinois semble s’être accentuée pendant l’épidémie. Selon les chiffres publiés par les douanes chinoises ce jeudi, Pékin a ainsi vu son excédent commercial avec les États-Unis s’accroître de 7,1% à 316,9 milliards de dollars.

En pleine épidémie, les exportations chinoises ont bénéficié de la forte demande en produits médicaux et en matériel pour le télétravail, comme les ordinateurs, expliquent les douanes chinoises. Un phénomène qui n’a pas seulement concerné les États-Unis, comme le montre la hausse de 3,6% sur un an de l’ensemble des exportations de la Chine en 2020.

Chute des exportations américaines

Les exportateurs américains, qui vendent principalement à la Chine des appareils électroniques, des biens agricoles ou encore des équipements de transport, ont l’an dernier été pénalisés par la crise du Covid qui a momentanément mis la Chine à l’arrêt. Les choses ne se sont pas améliorées par la suite. «Au troisième trimestre, les ventes de matériel de transport ont chuté de 37,8%, la baisse des achats de matériel aérospatial et de véhicules ferroviaires étant à l’origine d’une grande partie de ce mouvement», écrit la Chambre de commerce des États-Unis dans une note.

Les principaux échanges entre la Chine et les États-Unis USCC

En toute fin d’année, les échanges semblaient néanmoins s’orienter dans le bon sens pour les Américains. Le mois de décembre a ainsi vu les importations chinoises en provenance des États-Unis croître plus fortement que les exportations, réduisant l’excédent commercial à 29,92 milliards de dollars, contre 37,42 milliards de dollars en novembre. Une donnée qui, selon Nomura, traduit «l’effort continu de Pékin pour remplir ses engagements sur la première phase de l’accord commercial avec les États-Unis».

Avenir «incertain» pour l’accord

Pékin s’était notamment engagé à augmenter ses achats de biens dans l’agriculture, l’énergie et l’industrie manufacturière, à hauteur de 200 milliards de dollars. Dans le secteur agricole, le pays a atteint, selon les calculs du département américain, 71% des objectifs d’achats fixés par l’accord. Mais globalement, pour la Chambre de commerce américaine, le compte n’y est pas. Dans une note publiée mercredi, cette dernière estime qu’à fin novembre (les données pour décembre n’étant pas encore disponibles), les achats de biens couverts par la Chine s’élevaient à 82 milliards de dollars. «La Chine doit remplir le reste de ses engagements d’achat en 2021 avec près de 118 milliards de dollars de biens et services supplémentaires», prévient-elle.

La Chambre de commerce attend l’arrivée de Joe Biden au pouvoir avec inquiétude. «L’avenir de la première phase de l’accord (et d’une éventuelle deuxième phase) reste incertain, car la nouvelle administration Biden a signalé que les accords commerciaux ne seront pas une priorité et qu’elle maintiendra les tarifs douaniers actuels imposés à la Chine», écrit-elle. Joe Biden a en effet fait savoir qu’il ne souhaitait pas «compromettre (s)es options» .

Sa stratégie pour influencer les échanges avec Pékin est différente de celle de Donald Trump. Le président élu a laissé entendre qu’il chercherait à instaurer une politique commerciale basée sur des alliances avec l’Europe et l’Asie-Pacifique pour faire contrepoids à la Chine. Alors que le conflit s’est transposé sur le terrain technologique et financier, Joe Biden a toutefois fait comprendre qu’il garderait un ton ferme à l’égard du rival chinois. Comme son prédécesseur.



Source link

Autres articles

La CGT s’inspire de la série 10% pour exiger… 10% de hausse de salaire pour la fonction publique

administrateur

À 100 ans, Haribo tente de retrouver de la saveur

administrateur

Pour sauver l’emploi, dopons nos entreprises

administrateur

la nouvelle méthode controversée des entreprises britanniques pour faire des économies

administrateur

200 millions d’euros d’économies pour la Sécu mais une perte importante pour le secteur

administrateur

De nouvelles mesures contre le suicide agricole

administrateur