Image default
Finance

Mutuelles santé : des tarifs en hausse de 3,4 % en moyenne en 2022



Publié le 7 janv. 2022 à 19:06

La facture continue de s’alourdir. En 2022, les tarifs des mutuelles santé sont en hausse de 3,4 % en moyenne par rapport à l’an dernier, selon l’étude annuelle publiée vendredi par la Mutualité Française qui assume le phénomène en l’expliquant par l’augmentation des dépenses de santé des Français. Ils avaient augmenté de 2,6% en 2021, suscitant alors un vif débat.

Surveillées de près par le gouvernement, qui n’a pas hésité à s’emparer à l’automne de ce sujet politique, les hausses de tarifs concernent tous les types de contrats en 2022, selon l’étude de la Mutualité réalisée auprès de 32 mutuelles couvrant quelque 17 millions de personnes.

L’année 2021 « a été atypique avec une augmentation inédite des dépenses de santé », explique la Mutualité. Les Français n’ayant pas pu se soigner en 2020 avec les confinements, l’ont fait l’année dernière. Les remboursements de santé ont ainsi augmenté de 6 % en 2021 par rapport à 2019. Et en moyenne, chaque Français a reçu de son assureur 31 euros de plus qu’en 2019 pour couvrir ses soins, illustre la Mutualité.

Impact de la réforme du 100 % santé

Pour expliquer les hausses de cotisations, les mutuelles pointent aussi du doigt les conséquences de la réforme du « 100 % santé », entrée pleinement en vigueur au début de 2021. Conçue pour faciliter l’accès aux soins des Français, elle permet aux assurés de s’équiper en prothèses dentaires, auditives ou encore en lunettes sans avoir à assumer de leur poche un « reste à charge ».

Des assureurs estiment cependant que l’augmentation des demandes de remboursements de soins liée à cette réforme devrait être temporaire. « Vous n’allez pas retourner vous faire changer votre prothèse dentaire tous les deux ans, et on peut espérer que cela sera la même chose pour l’appareillage auditif », argue l’un d’entre eux.

Au-delà de cette réforme et du phénomène de rattrapage des soins, les mutuelles arguent que l’augmentation de leurs cotisations va de pair avec celle des dépenses de santé globales, sur fond de vieillissement de la population, de prise en charge des maladies chroniques, ou encore de renchérissement des soins liés aux innovations. Ce phénomène est le « principal facteur d’augmentation des cotisations » en 2022, selon la Mutualité.

Pouvoir d’achat

Ces chiffres sont publiés alors qu’en octobre, le gouvernement avait demandé dans un courrier adressé aux mutuelles et aux autres types d’assureurs santé d’opter pour « une stabilisation des tarifs en 2022 par rapport à 2021 ». Et ce, au nom du « pouvoir d’achat » des Français « dans le contexte de relance économique ».

Selon les ministres de la Santé (Olivier Véran) et du Budget (Olivier Dussopt), les mutuelles ont « engrangé des économies en 2020 » quand la crise sanitaire a mis à l’arrêt nombre de professionnels de santé. Celles-ci ont donc été priées de « restituer ces économies ».

Ces injonctions formulées à quelques mois de l’élection présidentielle avaient hérissé les complémentaires. Déjà furieuses d’avoir été taxées en pleine crise à hauteur de 1,5 milliard d’euros sur deux ans, elles ont aussi été échaudées dans la deuxième partie de l’année par le débat sur l’intérêt de mettre en place une « Grande Sécu » au détriment de leur activité.



Source link

Autres articles

Ant Group, une plateforme géante de services financiers

administrateur

Terres rares : la Chine encourage la consolidation du secteur pour asseoir sa domination mondiale

administrateur

Crédit Mutuel et Crédit Agricole viennent disputer ING à Société Générale

administrateur

Joe Biden choisit de prolonger Jerome Powell à la tête de la Fed

administrateur

La Banque Postale renforce son pôle « crowdfunding »

administrateur

Wirecard reporte une troisième fois l’annonce de ses résultats financiers

administrateur