Image default
Finance

« Nous pourrions être à la veille d’une crypto-autocratie »



Publié le 7 sept. 2021 à 8:50

Quel regard portez-vous sur l’adoption du bitcoin comme monnaie légale au Salvador ?

C’est une expérience pour laquelle il n’y a pas eu une seule recherche technique sur les bénéfices et les coûts, ce qui aurait dû être le cas, sachant que le bitcoin n’a pas les caractéristiques d’une monnaie classique. Il y a un certain nombre de considérations juridiques et financières qui n’ont pas été prises en compte et qu’aurait demandé ce genre de décision audacieuse.

Il n’aura fallu que trois mois entre l’adoption de la loi et celle du bitcoin. Pourquoi est-ce si rapide ?

Voici un autre exemple de comment le président Bukele prend ses décisions économiques : avec beaucoup d’improvisation et d’opacité. Moins de 72 heures se sont écoulées entre l’annonce et le vote de la loi [le 6 et le 9 juin, NDLR], sans même avoir un espace de débat public. Cela ressemble plus à un acte de foi qu’à une décision de politique publique.

Pensez-vous que le bitcoin puisse faire le lit du blanchiment d’argent ?

L’un des plus grands risques est que le Salvador devienne un paradis pour le blanchiment d’argent. Bien que la Banque centrale de réserve ait défini des standards techniques, ils sont en réalité conçus pour un usage du Bitcoin au travers du système financier traditionnel, c’est-à-dire via les banques. Si le Bitcoin fonctionne en dehors, cela comporte évidemment un risque.

Certains disent que c’est un coup de communication de la part d’un président se voulant modernisateur.

C’est plutôt à l’étranger qu’il attire l’attention. Mais dans le pays, il est frappant de constater qu’au cours du mois de juillet aucun, officiel n’a parlé de bitcoin. En fait, il a d’abord semblé que cette loi n’entrerait jamais en vigueur. Mais tout s’est accéléré à la mi-août avec une multiplication des prises de parole.

Est-ce un pari du président Bukele de tenter d’augmenter le pouvoir d’achat des Salvadoriens en misant sur une hypothétique envolée du bitcoin ?

Au Salvador, environ 70 % des travailleurs sont sur le marché informel. Plus de deux millions de personnes vivent dans la pauvreté. Donc, pour eux, risquer 25 cents de dollars peut faire la différence entre manger ou non. Le Bitcoin peut fonctionner comme un actif pour un investissement à haut risque mais pas comme une monnaie nationale.

« Il est courant, au Salvador, de voir des commerces affichant un autocollant ‘non au bitcoin’. »

Une manifestation le 30 août n’a rassemblé que quelques centaines de personnes. Les Salvadoriens sont-ils vraiment inquiets ?

Deux enquêtes ont récemment été publiées, l’une de l’Université d’Amérique centrale José Simeón Cañas – l’une des plus prestigieuses du pays – et l’autre du journal « La Prensa Grafica ». Toutes deux s’accordent à dire qu’entre 70 et 80 % de la population est contre la loi bitcoin. C’est la première fois qu’une mesure du président Bukele rencontre une opposition.

Savez-vous si les commerçants sont favorables au Bitcoin ?

Bien que certaines petites entreprises aient dit qu’elles l’accepteraient, la plupart ne le feront pas. En fait, il est courant, au Salvador, de voir des commerces affichant un autocollant « non au bitcoin ».

Voyez-vous tout de même des arguments en faveur de cette loi bitcoin ?

Il semble que le coût de l’envoi de fonds en bitcoins sera subventionné par des fonds publics, ce qui peut aider à en réduire le montant. Cependant, si une majorité de ces envois de fonds se fait en bitcoins, cela mettra le pays face à un grave problème de balance des paiements.

Pourquoi ne pas avoir opté pour une monnaie indexée sur une devise stable ?

Je pense que c’est l’une des grandes questions et elle reste sans réponse. Pourquoi une loi uniquement focalisée sur le bitcoin, alors qu’il existe des milliers de cryptomonnaies ? Pour certains, cette décision est surtout un gros business.

Le Salvador peut-il attirer des entrepreneurs et des investisseurs en cryptos, un peu comme Malte ?

Peut-être que certains viendront. Cependant, je ne prévois pas qu’ils seront nombreux. Tout simplement parce que ces gens cherchent aussi des conditions que le Salvador ne peut pas leur offrir. Cette loi bitcoin a été adoptée dans le cadre d’une série de décisions qui ont fragilisé la démocratie et ses institutions. J’espère me tromper, mais nous pourrions être à la veille d’une « crypto-autocratie ».



Source link

Autres articles

Joe Biden veut freiner les fusions bancaires aux Etats-Unis

administrateur

Panique boursière en Chine : « Une piqûre de rappel pour les investisseurs étrangers »

administrateur

Bpifrance vient renforcer le groupe audiovisuel de Niel, Pigasse et Capton

administrateur

Les fonds activistes ont connu des succès retentissants au premier semestre

administrateur

Crédit immobilier : la production renoue avec ses niveaux d’avant-crise

administrateur

Avec le Covid, Warren Buffett mise sur les labos pharmaceutiques

administrateur