Image default
Finance

Nouvelle baisse des taux en Turquie sous la pression du président Erdogan



Publié le 21 oct. 2021 à 13:23Mis à jour le 21 oct. 2021 à 13:37

La banque centrale turque a abaissé de 200 points de base son taux directeur pour le porter de 18 % à 16 %. Les marchés anticipaient un assouplissement de 100 points de base comme lors de sa réunion du 23 septembre. La Turquie est le seul pays à baisser ses taux dans un mouvement de remontée général. La banque centrale a laissé entendre qu’il lui serait difficile de baisser de nouveau les taux d’intérêt lors de ses deux dernières réunions de l’année. 

 Conséquence immédiate de cet assouplissement monétaire surprise massif : la livre turque plongeait, le dollar gagnait 2,7 % à 9,46 livres, à la mi-journée.

Depuis début 2021, la devise turque a perdu 20 % face au dollar et 16 % contre l’euro. Les marchés n’excluent pas que le billet vert franchisse les 10 livres avant la fin de l’année. Ces quatre dernières semaines, la pression vendeuse sur la devise turque est venue des hedge funds et des gérants d’actifs.

Energie et inflation

« La hausse rapide des prix de l’énergie va pénaliser le compte courant du pays. La politique monétaire est bien plus difficile à déchiffrer après les récents changements à la banque centrale », souligne la banque HSBC. Les prévisionnistes interrogés par la Banque de Turquie ce mois-ci prévoient que l’inflation atteindra 17,6 % en fin d’année et en rythme annuel. La banque centrale est censée contenir la hausse des prix autour de 5 %.

Les prix de l’alimentation ont atteint 29 % en septembre et en rythme annuel. Mais la banque centrale turque dit se focaliser désormais sur l’inflation hors énergie et alimentation. Elle s’établissait à 17 % en septembre et pourrait reculer vers 16 % dans les semaines à venir.

Limogeages

Recep Tayyip Erdogan milite ardemment pour une politique monétaire plus accommodante favorable à la croissance. Il a récemment procédé au limogeage de trois membres du Comité de politique monétaire jugés trop réticents à poursuivre la baisse des taux d’intérêt.

Trois gouverneurs ont été remerciés en moins de deux ans et les marchés se demandent combien de temps va tenir Sahap Kavcioglu , nommé en mars. Les taux à 10 ans autour de 20 % sont proches de leurs records atteints en 2018 et deux fois plus élevés qu’en 2014-2015.

Décélération de la croissance en 2022

Selon le Fonds monétaire international (FMI), la croissance en Turquie va nettement décélérer l’année prochaine à 3,3 % contre 9 % en 2021, la deuxième meilleure performance des pays émergents derrière l’Inde (9,5 %).

La Bourse d’Istanbul a perdu 4,3 % depuis le début de l’année. Le pays pourrait intégrer la « liste grise » du Groupe d’action financière du fait de ses manquements dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, selon le « Financial Times ». Une telle décision pèserait sur les flux d’investissements étrangers en Turquie et affecterait par ricochet sa monnaie.

intertitre



Source link

Autres articles

Climat : nouvelle passe d’armes entre Oxfam et les banques françaises

administrateur

Le courtier en crédit immo Cafpi change de mains

administrateur

Prêts garantis : des différences « faramineuses » sur les pertes attendues entre Londres et Paris

administrateur

La fin de l’étalon-or inaugure l’ère des crises de changes et de la spéculation

administrateur

Le gouverneur de la banque centrale libanaise soupçonné d’avoir détourné plus de 300 millions de dollars

administrateur

Le vieillissement démographique devrait tirer les taux d’intérêt vers le bas jusqu’en 2050

administrateur