Image default
Finance

Obsédé par le nickel, Tesla signe un contrat de long terme avec Vale



Le géant américain de la voiture électrique avance à grands pas dans la sécurisation de ses approvisionnements. Dans son rapport sur l’impact de ses activités publié vendredi, Tesla a confirmé avoir scellé un accord commercial avec Vale pour se fournir en nickel, essentiel à la fabrication de ses batteries électriques. Le métal sera extrait des mines canadiennes du groupe brésilien, qui ont une capacité de production annuelle de 75.000 tonnes.

« Cet accord est en ligne avec notre stratégie d’exposition à l’industrie des véhicules électriques et de faible empreinte carbone », indique le groupe minier. Vale revendique une empreinte carbone de 4,4 tonnes de CO2 pour chaque tonne de nickel arrivant sur le marché, soit l’une des plus basses au monde.

50 kg de nickel

Le patron de Tesla Elon Musk a fait du nickel une obsession, tant le métal est crucial pour la confection des batteries aux côtés du lithium et du cobalt. Le trublion de l’industrie automobile se prépare à un goulet d’étranglement dans les années à venir avec l’essor des voitures électriques et l’explosion de la demande.

Les besoins en nickel varient en fonction de la chimie des batteries et de leur capacité, mais selon les calculs d’Eramet, producteur français de nickel, une batterie contient en moyenne 50 kg de nickel, 7 kg de cobalt et 45 kg de lithium. D’après l’Agence internationale de l’énergie, le secteur des transports et de l’énergie consommera 19 fois plus de nickel en 2040 qu’aujourd’hui.

Les volumes ne sont pas l’unique obsession d’Elon Musk. Il s’attache aussi aux conditions environnementales de production car l’extraction de nickel produit des quantités astronomiques de déchets. A l’été 2020, Elon Musk avait d’ailleurs pressé l’industrie minière d’accélérer dans la production de nickel tout en respectant au mieux les écosystèmes. Le patron de Tesla veille également à ne pas dépendre uniquement de fournisseurs chinois.

Série de contrats

C’est dans ce contexte que Tesla a multiplié les accords commerciaux . Le constructeur américain s’est engagé à acheter une partie du nickel produit en Nouvelle-Calédonie par Prony Resources, un consortium conduit par le négociant de matières premières Trafigura. Plus récemment, Tesla a conclu un accord avec le géant BHP pour du nickel australien ou avec Talon Metals qui développe un projet minier dans le Minnesota.

Le nickel est d’autant plus important aux yeux d’Elon Musk qu’il permet de remplacer une partie du cobalt. L’approvisionnement de ce métal est très problématique car 60 % du cobalt est extrait en République démocratique du Congo dans des conditions environnementales et sociales indignes. De plus, la chaîne de valeur du cobalt est, elle aussi, largement dominée par la Chine.

L’envolée des prix du nickel est une autre source de préoccupation pour les constructeurs automobiles. La tonne du métal se facture plus de 30.000 dollars, tirée par la guerre en Ukraine. La Russie est le premier producteur au monde de nickel pour batteries et les investisseurs craignent que des sanctions empêchent Nornickel d’approvisionner la planète.

L’envolée du prix des métaux fait flamber les coûts de production au point que certaines marques ont dû augmenter le prix de ventes de leurs véhicules. Depuis juillet, le lithium a vu son prix bondir de 400 % à 63.500 dollars la tonne, un niveau « dément », dénoncé par Elon Musk.

Pour contourner les problématiques d’approvisionnement et de coûts de production, les constructeurs automobiles développent d’autres chimies de batteries. Tesla incorpore déjà dans certains de ses véhicules des batteries lithium-fer-phosphate (LFP), sans cobalt ni nickel.



Source link

Autres articles

Une ONG menace de poursuivre en justice les administrateurs de Shell

administrateur

Ukraine : « L’approvisionnement énergétique de l’Union européenne pose un véritable risque »

administrateur

Embargo sur le pétrole russe : les prix de l’énergie repartent à la hausse

administrateur

Le Dax prépare la sortie de Wirecard

administrateur

Climat : Exxon dans le viseur de ses actionnaires

administrateur

La Banque de France veut accélérer l’adoption du virement instantané

administrateur