Image default
Finance

Particuliers et hedge funds s’affrontent dans le trading sur l’euro



Publié le 23 nov. 2021 à 10:45Mis à jour le 23 nov. 2021 à 11:14

Les particuliers sont repassés à l’achat sur l’euro en début d’année, selon les indicateurs de la banque Citi. Ils ont spéculé sur la hausse de la devise européenne par rapport au dollar en 2021, alors que les hedge funds ont plutôt fait le pari inverse à partir de l’été. Cette année, l’euro a cédé environ 8 %. Il est passé en fin de semaine dernière, sous 1,13 dollar.

« A court terme, les spéculateurs amateurs ont tendance à prendre des paris inverses à ceux des autres catégories d’intervenants et notamment des hedge funds et gérants d’actifs, ce qui apporte de la liquidité au marché et atténue la volatilité de monnaies comme l’euro, le yen ou le dollar australien », constate Rohini Grover, stratège à la Deutsche Bank et auteure d’une étude (1) sur l’influence des investisseurs particuliers sur le marché des changes.

La crise du Covid a attiré les particuliers vers le trading de devises . A New York, ils ont représenté entre 7 % et 9 % des transactions quotidiennes au comptant sur les devises depuis 2020. L’euro-dollar a été la paire la plus négociée avec près de 28 % de l’activité des spéculateurs amateurs, selon le « Foreign Exchange Committee » américain.

Perdre de l’argent

Entre 2016 et 2020, les flux des particuliers vont en sens inverse de la direction de l’euro dans 70 % du temps : quand la monnaie grimpe ils sont vendeurs et inversement achètent quand elle baisse, comme ce fut le cas durant la majeure partie de l’année 2019. Leur spéculation à court terme leur fait perdre structurellement de l’argent et en conduit un certain nombre à jeter l’éponge. Parfois, les achats massifs d’euros par les particuliers sont couronnés de succès, avec une hausse de la monnaie dans la semaine qui suit. C’est bien moins le cas pour leurs ventes, qui ne sont suivies que d’une baisse limitée de la monnaie européenne.

Quand l’euro baisse durant un mois, les particuliers ont tendance à limiter leurs achats durant les semaines suivantes. Après la chute de la devise européenne en février-mars 2020, ils ne sont revenus que progressivement à l’achat sur l’euro en mai pour parier sur son rebond. Quand la monnaie européenne progresse, les particuliers ne se joignent au mouvement en achetant des euros que s’ils estiment que la hausse sera importante et durable.

(1) « Le rôle des investisseurs particuliers sur le marché des changes », Deutsche Bank (avril 2021)



Source link

Autres articles

Le CAC 40, l’un des derniers indices à se remettre du Covid

administrateur

Pétrole : Vitol mis a l’amende pour corruption

administrateur

Europcar obtient un prêt garanti par l’Etat de 220 millions d’euros

administrateur

La descente aux enfers de la livre libanaise

administrateur

La France va emprunter 260 milliards d’euros en 2021

administrateur

Malgré la crise, l’emploi a augmenté dans l’assurance en 2020

administrateur