Image default
Economie

Pâtes, viandes, farines… Ces produits alimentaires qui ont le plus augmenté en avril


Les prix des produits de grande consommation ont bondi de 2,9% en avril. Une tendance inflationniste qui devrait s’accentuer dans les prochains mois avec l’impact de la guerre en Ukraine.

+15% pour les pâtes, +11% sur les viandes surgelées, + 10% du côté des farines…La hausse des prix des produits de grande consommation est impressionnante pour certains produits. D’après les derniers chiffres de l’Iri, institut spécialisé dans l’analyse des données de produits de grande consommation, au global, leur prix a augmenté de 2,9% à fin avril sur un an. L’augmentation est de 3,1% uniquement sur les produits alimentaires.

Mais ces hausses ne sont pas seulement causées par la guerre en Ukraine. «Au global, cette inflation est liée à des événements qui se sont produits en 2021, notamment la pandémie du coronavirus qui a entraîné une hausse des coûts des transports et des emballages. Il y a toujours un temps de latence entre les augmentations des cours des matières premières et leur répercussion dans les points de vente», explique Emily Mayer, directrice Business Insight (perspectives commerciales) au sein de l’Iri.

Dans le détail, l’augmentation du prix des pâtes, en hausse de 15,31%, des moutardes (+9,26%) ainsi que des semoules et céréales d’accompagnement (+7,47%) est principalement causée par les sécheresses qui ont sévi au Canada, à l’été 2021, explique-t-elle «Le Canada est un gros producteur et exportateur de blé dur et de graines de moutarde. Cet événement climatique en a amoindri les récoltes alors que la demande est toujours aussi forte», souligne Emily Mayer.

Les viandes surgelées, qui arrivent en seconde position parmi les produits les plus inflationnistes en avril, avec une hausse de leur prix de 11,33% et les viandes hachées (+7,91%), connaissent cette augmentation notamment à cause de la hausse des prix de l’énergie alors que l’élevage est très énergivore. «La hausse des cours des céréales vient également renchérir le coût de l’alimentation animale», affirme la directrice Business Insight de l’Iri.

Des hausses de prix multifactoriels

En ce qui concerne les huiles, dont le prix est en augmentation de 9,98%, plusieurs facteurs expliquent cette hausse. À l’été 2021, le Brésil a connu une vague de gel impactant notamment les récoltes de soja et in fine l’huile de soja. À cela vient s’ajouter la hausse du cours du pétrole qui pousse de nombreux acteurs à se tourner vers les biocarburants, ce qui vient renforcer la demande sur les huiles végétales. Le prix des cafés torréfiés connaît quant à lui une augmentation de 8,16%. La période de gel au Brésil en est également la principale cause puisque le Brésil est le plus grand producteur du monde de café. De plus, la torréfaction du café se fait grâce à l’utilisation de gaz, dont le prix est également en hausse.

La hausse du prix de la farine de 10,93% est quant à elle principalement causée par des aléas climatiques . «Les grosses chaleurs qui ont sévi, à l’été 2021, aux États-Unis, au Canada mais aussi en Russie ont impacté les récoltes de blé tendre, qui est à l’origine de la farine» affirme Emily Mayer.

Cette tendance inflationniste devrait se poursuivre dans les prochains mois. «L’impact de la guerre en Ukraine va se ressentir sur les prix d’ici quelques mois. Nous tablons sur une hausse des prix de 3,5% à fin mai et de 5% au début de l’été», met en avant Emily Mayer de l’Iri. L’huile et la farine devraient être principalement touchées. En effet, l’Ukraine est le plus gros producteur d’huile de tournesol au monde et l’Ukraine et la Russie représentent un tiers des exportations de blé tendre dans le monde.


À VOIR AUSSI – «Le monde bascule»: avec l’inflation et la guerre, Nicolas Baverez compare la situation actuelle à celle de 1945



Source link

Autres articles

Paris oppose un veto au canadien

administrateur

Les démocrates américains détaillent leur projet de taxe sur les super-riches

administrateur

La Cour des comptes regrette l’immobilisme de l’État à l’égard des associations de consommateurs

administrateur

Offrir un cadeau à ses clients pour les fêtes, une tradition d’entreprise toujours bien ancrée

administrateur

Google change de stratégie pour rassurer le secteur

administrateur

à Bercy, faible fréquentation pour réclamer une hausse des pensions

administrateur